La région désertique de la guajira

Après Tayrona, on a continué dans l’extrême nord de la Colombie, dans la région de la Guajira, juste à la frontière du Vénézuéla. C’est une région désertique, dont la seule ressource est le charbon. Il y a encore beaucoup d’indigènes, les Wayuus, qui ont gardé leur tradition, et qui vivent essentiellement de l’élevage de chèvre. Nous avons eu la chance de discuter avec une jeune indigène qui parlait espagnole. Sa famille avait été massacrée par la guérilla il y a 2 ans, mais elle a été recueillie par une famille de Santa Marta, et a pu apprendre l’espagnol à l’école. Elle retournait pour la première fois depuis 2 ans dans sa rancheria (une sorte de réserve d’indigène) pour voir sa grand-mère (seule personne de sa famille encore vivante) qui était mourante. Les Wayuus ont la réputation d’être dure à cuire, et la petite avait l’air effectivement très forte, elle avait le rire facile et avait envie de nous parler, car c’était la première fois qu’elle parlait avec des étrangers. Nous sommes passés par la ville de Rioacha (la capitale de la Guaira), puis par Uribia (petite ville très pauvre) pour essayer d’aller dans le village de Cabo de la Vela sur la côte. On a finalement trouvé le moyen de transport le plus local possible : un vieux pick-up surchargé, où l’on nous a entassés avec les marchandises. On devait être une quinzaine de voyageurs, plus un tas de marchandise (sac de poisson, moteur, frigo, bières, etc.). Bien sûr, surchargé comme on était, on a crevé sur la piste en terre (cf photo), et comme j’étais plié en deux, j’étais tout ankylosé à la fin du voyage (3h de pistes). On est finalement arrivé de nuit, dans ce village perdu au bout du désert. Il n’y avait personne, excepté quelques locaux, dont un torse nu, avec un flingue glissé à la ceinture… Bref, n’étant pas trop rassuré, on est allé dans le premier hôtel venu. Bien sûre, pas d’eau courant, et 2h d’éléectricité par jour. Comme on se sentait seuls, on a décidé de faire un tour, et là, on a rencontré une amie d’Alejandra (le monde est petit) avec un groupe d’étudiant de Bogota qui venaient étudier le dialecte Wayuu. On a passé une bonne soirée, et le prof qui accompagnait les étudiant, complètement bourré, est sortie avec une de ses étudiantes…

Le lendemain, on s’est baladé dans ce village de pêcheur, et avons fait une petite randonnée dans le désert (on n’avait malheureusement pas l’appareil photo avec nous).

Voici quelques photos :

Ensuite, nous avons pris un car de la Guajira jusqu’à Medellín, le voyage a duré 20h, on nous a passé 4 films de merdes (genre rambo), et on a eu 3 contrôles de la police (avec fouille et tout) !! Un peu fatigant, mais maintenant, nous sommes à Medellín, une ville au climat idéal (25° toute l’année), et avec le métro !

Vous avez aimé cet article ? Rejoignez gratuitement le club de MosaLingua

Plus de 100 000 personnes en profitent, pourquoi pas vous? C’est 100% gratuit :

Articles qui peuvent vous intéresser :

Comments

  1. Quel aventure!
    .-= Erolf´s last blog ..Bento, Lunch Box japonaise =-.

  2. ça à l’air vraiment exceptionnel. Un vrai western !

Speak Your Mind

*