15 conseils d’un utilisateur de MosaLingua pour apprendre une langue

 


Ceci est un article invité de Solal qui est passionné de langues étrangères. Il partage régulièrement ses trucs et méthodes pour apprendre les langues étrangères plus efficacement sur son blog Astuces Langues. Après l’anglais et l’allemand et le japonais, il s’est lancé un nouveau défi: apprendre l’espagnol en 6 mois et en mode low cost. Le budget? Les 5€ que coûtent l’application MosaLingua!

 

Vous venez de faire l’acquisition de cette petite app magique qu’est MosaLingua et vous vous demandez comment l’utiliser le mieux possible? Vous frappez à la bonne porte!

Cela fait maintenant 3 mois que j’ai lancé mon défi espagnol mais dès le premier mois et demi, Mosa m’avait déjà permis d’apprendre 1400 mots et expressions! J’ai pu mettre tout ça en perspective avec mon expérience de l’apprentissage des langues étrangères pour rassembler 15 conseils indispensables. Je vous révèle aujourd’hui les astuces qui m’ont permis de progresser aussi efficacement mais aussi les pièges à éviter. Suivez le guide! 😉

1. Utilisez Mosa vraiment tous les jours: Si vous ne retenez qu’un conseil, retenez celui-là. Ça peut parait évident pour certains mais répéter les fondamentaux ne fait jamais de mal. Un travail quotidien est nécessaire pour progresser vite et pour que les bénéfices de la répétition espacée fonctionne à plein.

2. Fixez vous un objectif de cartes par jour. Cela va vous donner un cadre pour suivre votre progression et surtout vous éviter d’en faire trop un jour et l’autre pas assez. Pourquoi est-il dangereux d’en faire trop une journée? Eh bien parce qu’avec la répétition espacée, trop de cartes apprises un jour veut dire trop de cartes à réviser un autre, c’est mathématique. Maintenant quel objectif se fixer? Ni trop, ni trop peu de cartes. Trop et vous allez vous dégouter et vous noyer sous les cartes à réviser, trop peu et vous n’avancez pas. Bien sûr c’est à moduler en fonction de vos objectifs, à cause de mon défi j’avais un rythme de 30 nouvelles cartes par jour mais je le déconseille si vous n’avez pas trop l’habitude. 15 par exemple est un bon compromis.

3. Répétez les phrases à voix haute. C’est important pour acquérir un bon accent. Au besoin, repassez le son de la carte avec le petit bouton prévu à cet effet. Et si vous n’osez pas le faire dans les transports en commun, je peux très bien comprendre, mais à ce moment là réservez vous quelques cartes pour la maison. 😉

4. Sam a eu la très bonne idée de souvent mettre des phrases d’exemple pour les cartes ne comportant qu’un seul mot. Apprenez les aussi car elle contiennent souvent des formes conjuguées de verbes irréguliers (c’est grâce à ça que j’ai retenu que hacer fait hago à la première personne du présent et hice à la première personne du prétérit en espagnol). Comptez vous la carte comme fausse si vous ne vous rappeliez pas des exemples.

5. Parlez le plus tôt possible pour fixer le vocabulaire en l’utilisant vous-même. C’est une autre clé du fonctionnement du cerveau humain. Pour savoir quoi retenir le cerveau a besoin de savoir ce qui est important. Comment peut-il déterminer cela? Par la fréquence (merci la répétition espacée!) et aussi par le fait que vous l’utilisez vous-même! Alors lancez vous dès que vous pouvez, sur des forums, sur Lang8 ou Sharedtalk!

6. Exploitez toutes les occasions d’apprendre quelques cartes ou d’en réviser. On trouve souvent du temps pour apprendre une langue là où on s’y attendait pas: dans les files d’attente, dans les transports en commun, aux toilettes(!)

7. Vous allez me dire que je ne suis pas votre maman mais concentrez vous sur la session: pas de musique, de Facebook, de msn ouvert, etc. Votre cerveau a besoin de calme pour assimiler. La musique c’est bien pour faire des taches qui ne demande pas d’utiliser son cerveau activement, malheureusement apprendre du vocabulaire demande d’être bien concentré et d’éviter tout bruit ou activité parasite.

8. Privilégiez des séries de 10 cartes plutôt que de 5, sinon les cartes reviennent un peu trop rapidement au cours de la même session. Bien sûr si vous attendez dans la file des courses vous n’aurez peut-être pas le temps d’en faire 10 (sauf à carrefour le samedi après-midi), à ce moment là n’en faites que 5.

9. Révisez quelques cartes dès que vous avez un peu de temps devant vous. Psychologiquement, il est beaucoup plus simple de s’attaquer à 10 cartes toutes les deux heures (c’est vraiment vite fait), qu’à 100 à la fin de la journée (où vous n’avez plus qu’une envie, glander).

10. Vous avez eu les yeux plus gros que le ventre avec votre objectif de nouvelles cartes par jour et le nombre de cartes à réviser devient incontrôlable? Sachez tirer le frein d’urgence et arrêtez d’en apprendre de nouvelles jusqu’à ce que « le soufflé soit retombé ». Ne vous inquiétez pas, ça peut parfois durer jusqu’à une semaine.

pour découvrir la suite de l’article et les 5 derniers conseils, c’est par ici>>

Et n’hésitez pas à partager vos techniques ou votre vécu avec MosaLingua dans les commentaires :

Vous avez aimé cet article ? Rejoignez gratuitement le club de MosaLingua

Plus de 100 000 personnes en profitent, pourquoi pas vous? C’est 100% gratuit :

Articles qui peuvent vous intéresser :

Comments

  1. Je converge sur de nombreux points avec toi Solal. Je suis à 3.100 cartes en un peu plus d’un an.
    Tous les jours de la semaine, je fais deux sessions de révision (à la fraiche au levée du lit et à la sortie du travail). 10 cartes nouvelles du lundi au vendredi et juste les révisions le we.

  2. Nicolas says:

    Je suis sur mosalingua Espagnol et anglais .
    Donc je fais les 2 applis en même temps.
    Pour l’anglais je dois être 3113 cartes après 322jours et l’espagnol
    1340 cartes après 192 jours , pour l’espagnol j’ai eu plus de mal car je connaissais moins de cartes que l’anglais mais ça avance doucement…
    En général je procède également de la même manière
    Révision+10 cartes anglais et espagnol le matin (dans les transports avant d »aller bosser)
    et après le boulot je fais ma révision.Quand j’ai un peu de temps je fais mes révisions.
    Le week end j’ai tendance à oublier et du coup je me retrouve avec une cinquantaine ou plus de carte a réviser, il faut donc pas oublier le week end de faire son mosa 🙂

    J’attends avec impatience le mosalingua business anglais 🙂

  3. Merci pour à Romain et Nicolas pour vos témoignages !
    Et bravo pour votre apprentissage, c’est impressionnant !
    Effectivement, ce n’est pas facile de garder le rythme tout le temps, surtout quand on a appris beaucoup de cartes, le nombre de cartes à réviser peut-être décourageant… J’ai souvent cherché un moyen de rendre le nombre de cartes à réviser un peu moins décourageant, mais bon, il n’y a pas grand-chose à faire, « notre cerveau ne fait pas de pauses lorsqu’il s’agit d’oublier ».
    Sinon, vous arrivez à pratiquer en dehors de MosaLingua ? Nous sommes en train de préparer un article qui montre tous les moyens pour trouver un partenaire linguistique pour pouvoir parler la langue.

  4. Lorsque j’étais en Allemagne, il y avait dans chaque université des « Tandem Kurz » – une sorte de bourse d’échange linguistique. On y voit des annonces du genre : « je suis français et je cherche à améliorer mon norvégien ». Un norvégien qui souhaite apprendre le français le contacte et c’est parti pour parler chacune des deux langues autour d’un verre. J’ai moins vu ce système en France. Par contre, il existe très souvent des groupes sur Facebook pour rencontrer des personnes ayant la même affinité pour la langue.

  5. Je crois qu’en France il y a aussi pas mal de groupes d’échange linguistiques aussi. Mais même si on habite dans un coin paumé, grâce à internet, il y a énormément de possibilités d’échanges linguistiques (il y a même beaucoup de sites internet spécialisés)

  6. marie says:

    Suggestion : Témoignage et conseils à ceux qui, comme moi, apprennent l’espagnol et connaissent plutôt bien l’italien (l’italien en qualité de langue étrangère)… ou le contraire d’ailleurs, et qui rencontrent des difficultés dues à la similarité des deux langues.
    Au début de mon apprentissage de l’espagnol avec l’appli Mosalingua, je me suis très vite aperçue que, plus j’avançais dans l’apprentissage de l’espagnol, plus je faisais de confusions avec l’italien, ces deux langues s’interpénétrant diaboliquement dans mon pauvre cerveau.
    Piquée au vif, grrrrrr..,j’ai alors décidé de réviser parallèlement mon italien, toujours au travers de Mosalingua ; il me paressait inconcevable de perdre une langue étrangère au profit d’une autre ! Au début ce n’était pas évident et les confusions restaient nombreuses mais quelques centaines de cartes d’italien plus tard, mon cerveau s’est finalement accoutumé à cet exercice d’équilibre et mon italien parlé est redevenu plus assuré.
    J’utilise voyez-vous deux astuces pour ne plus mélanger les deux langues, surtout lors de la révision des cartes -révision que j’effectue rigoureusement 2 fois par jour à raison de 5 cartes seulement dans chaque langue (parfois un peu plus en italien) afin d’éviter toute accumulation trop importante de cartes- Car je désire que mes apprentissages/révisions restent les plus ludiques possible. Et comme par chance je n’apprends pas l’Espagnol par nécessité, j’ai tout mon temps !
    La première astuce : je commence généralement par la même langue chaque jour et, avant d’aborder la seconde, je récite quelque chose de très court et facile dans celle-ci : les mois de l’année, de la semaine ou encore un dicton Mosalingua, une citation, ou fais une énumération de chiffres… ce qui suffit à mettre mon cerveau en condition pour « l’accueillir » tout en me permettant de garder bien en tête certains fondamentaux…
    La seconde : je m’efforce de penser 1/2heure par jour en Espagnol (1/2 seulement parce que je suis débutante dans cette langue et n’ai aucune envie de désespérer) et je fais la même chose 1/2 journée par semaine en Italien -gymnastique efficace que j’ai prise depuis longtemps pour l’anglais- Cela m’incite à faire parallèlement ou ultérieurement, selon mon humeur, des recherches sur des mots, parfois sur la grammaire ou encore sur un idiome dans la langue étudiée. Les éléments plus intéressants je les tape dans Notes de mon Iphone et, comme ils m’intéressent vraiment et que le téléphone est constamment à ma portée, je peux les relire aisément pour les retenir ensuite sans effort démesuré. Vivement la fonctionnalité « ajout de cartes persos »
    D’autre part, pour « me délier l’oreille » en espagnol et enrichir mon vocabulaire, j’enregistre désormais toutes sortes de podcasts sur mon Iphone ou encore sur mon lecteur mp3 (ça prend beaucoup de place), podcasts que je change régulièrement pour varier les accents. Mais mes préférés sont ceux, gratuits, créés pour des anglophones (Notes in Spanish, Radiolingua, etc..) je pratique ainsi deux langues étrangères à la fois.
    En conclusion, je pense qu’on peut tenter d’utiliser plusieurs applications Mosalingua à la fois à condition de rigueur et d’opiniâtreté dans leurs apprentissages…. et surtout que le niveau de connaissance au départ, entre elles, soit quelque peu différent.
    Merci encore à Sam pour ses applications efficaces, pratiques et ludiques à la fois qui représentent un excellent starter pour s’ouvrir à une langue, à une autre culture…. le tout pour quelques tous petits euros !

    Une langue est un théâtre dont les mots sont les acteurs (F.Brunetière)

    • Merci beaucoup pour ton témoignage Marie, c’est frais et inspirant ! Et cela pourra aider ceux qui décident d’apprendre deux langues en même temps.

  7. Gege Legolfeur says:

    je trouve votre appli tres enrichissante, je me tiens a 10 cartes par jour je verrais ce que cela donne.merci solal de tes 15 conseils: je m'en impregne

Trackbacks

  1. […] est la suite d’un article paru sur le site Mosa Lingua, pour découvrir la suite clique ici   11. MosaLingua est génial mais au bout d’un mois ou deux, il ne peut plus […]

Speak Your Mind

*