Pourquoi apprendre l’espéranto ?

L’espéranto est une langue, comme toutes les autres, qui dispose de sa culture, de sa littérature, de ses magazines… Mais pas de son pays. Elle n’appartient pas à un pays ou à un peuple, mais à une communauté de locuteurs. On parle d’une langue supranationale qui dépasse les frontières d’une nation. Car environ 2 millions de personnes l’ont apprise sur 120 pays à travers le Monde. L’espéranto est une langue universelle. Quel est l’intérêt de l’apprendre ? C’est justement ce sur quoi nous nous sommes penchés aujourd’hui : pourquoi apprendre l’espéranto ?
Retour sur cette langue universelle créée il y a plus de 120 ans. 

 

Les raisons d’apprendre l’espéranto

L’Espéranto est la création d’un homme, Ludwik Lejzer Zamenhof aussi connu sous l’appellation Doktoro Esperanto (docteur Espéranto, qui lui a donc donné son nom). Il a parlé pour la première fois de cette langue universelle dans un ouvrage intitulé « Langue Internationale » en 1887. Depuis, elle a été apprise dans environ 120 pays, et elle est parlée par plus de 2 millions de personnes… Même s’il est toujours difficile de chiffrer avec exactitude son nombre de locuteurs à travers le Monde. Dans quel intérêt ? Pourquoi toutes ces personnes se sont lancées dans l’apprentissage de cette langue, sans nation ?

 

Raison 1 : C’est une langue internationale

Et c’est une bonne raison. L’Espéranto n’appartient pas à un peuple ou à un pays mais elle appartient à une communauté de gens. Ils l’ont tous choisie pour communiquer, non pas avec leurs voisins ou avec leurs collègues de boulot, mais pour parler avec des gens répartis sur les 4 coins du Monde, librement et sans barrière.

D’ailleurs, l’idée de son créateur était d’inventer une langue universelle pour enfin éradiquer ce problème de barrière de la langue qui empêche certaines communautés de se comprendre, qui empêche des discussions mondiales sur les mêmes sujets qui nous préoccupent… Si tout le monde parlait cette même langue universelle, ceci nous permettrait d’avoir un regard mondial, et nouveau, sur des questions sociales, culturelles et politiques qui nous concernent tous.

 

Raison 2 : Avec une culture à part entière

La culture de la langue est souvent associée à un idéal : que tout le monde ait accès au même moyen de communication international, sans discrimination linguistique. Qu’est-ce que la discrimination linguistique ?

C’est simple : ceux qui ont pour langue maternelle une langue dominante, telle que l’anglais majoritairement, n’ont pas à l’apprendre pour être compris, pour accéder à des savoirs, ou même pour participer aux échanges et aux affaires internationales. C’est vrai qu’aujourd’hui, si un pays veut accéder au commerce international, alors il devra se mettre à l’anglais. Car c’est la langue dominante sur le plan économique. Mais le fait que certains doivent l’apprendre, en plus de leur langue maternelle, ne les met pas sur le même pied d’égalité que les anglophones qui eux l’ont assimilée dès le plus jeune âge. Il y a un décalage pour entrer dans le monde international des affaires.

L’espéranto a été conçue dans cette idée qu’il n’y ait plus de discrimination linguistique : tout le monde part de la même base, tout le monde doit apprendre cette même langue pour communiquer. Elle est une langue neutre. L’un des objectifs de la langue est d’ailleurs une éducation transnationale : le même accès au savoir quelle que soit ta nationalité, quel que soit ton niveau de vie.

 

Raison 3 : Une langue facile à apprendre

L’espéranto a été construite pour qu’elle soit simple et facile à apprendre. Cette langue s’apprendrait d’ailleurs 5 fois plus vite que les autres. Même si, on en a déjà parlé, il est difficile de dire qu’une langue est plus simple à apprendre qu’une autre. Pourtant… Dans l’espéranto, il n’y a que 16 règles grammaticales (pas plus, pas moins), une orthographe régulière, une seule façon de lire une lettre, une seule façon d’écrire un son, et une conjugaison qui repose sur une logique mathématiques. Des exemples ?

L’orthographe régulière

  • les noms se terminent par -o
  • les adjectifs se terminent par -a
  • les adverbes se terminent par -e
  • le pluriel se termine par -j (prononcé « y »)

Ainsi, pour vous donner un exemple en espéranto : bela signifie beau, granda signifie grand, tablo signifie table. Au pluriel :  belaj grandaj tabloj signifie belles (adjectif au pluriel) grandes (adjectif au pluriel) tables (nom au pluriel). Facile à comprendre, facile à appliquer.

Les règles grammaticales

Le vocabulaire se construit par l’ajout de suffixe (à la fin d’un mot) ou de préfixe (au début du mot) :

  • pour dire le contraire, on ajoute mal- au début du mot. Ainsi bela (beau) devient malbela (laid).
  • pour un diminutif, on ajoute -et à la fin du mot. Libro est un livre, libreto est un livret.
  • pour un augmentatif, on ajoute -eg à la fin du mot. Rivero est une rivière, riverego est un fleuve.

La langue permet aussi des économies de mots. Par exemple, pour évoquer un groupement tel qu’un troupeau de vaches, on va tout simplement ajouter -aro à la fin du mot : bovino la vache, bovinaro le troupeau de vaches.

Pour apprendre la langue, il suffit d’apprendre une centaine de mots et de comprendre cette logique, un peu mathématiques, de construction du vocabulaire. Rien de très compliqué en sommes.

 

Apprendre l'esperanto : alphabet

 

Raison 4 : Pour voyager à travers le Monde à moindre frais

Dernière raison, le fait de tous parler la même langue ne pourrait que nous rapprocher… D’ailleurs, elle rapproche déjà vu que l’apprentissage de l’espéranto donne accès à ce qui est appelé le pasporta servoQu’est-ce que c’est ?

On pourrait le définir comme un service ou un réseau d’hébergement pour les espérantophones à travers le Monde, et à moindre frais. Si vous apprenez l’espéranto, et que vous voulez voyager à travers le Monde, il vous suffit de contacter les autres espérantophones. Ceci vous permettra 1. de faire de nombreuses rencontres 2. de voyager à moindres frais d’une habitation espérantophone à une autre. Plutôt chouette, non ?

 

Comment apprendre l’espéranto aujourd’hui ?

Si tout ceci vous a donné envie, comme à moi, d’apprendre l’espéranto, sachez qu’il existe de nombreuses ressources sur Internet pour vous lancer (simplement) dans son apprentissage. Voici une liste de sites / ressources sur lesquels vous pouvez naviguer librement :

  • Un site gratuit pour apprendre l’espéranto, accessible en plusieurs langues : lernu !
  • Le site de l’association Espéranto en France : esperanto-france
  • Le service d’hébergement espéranto : Pasporta Servo (bien sûr, vous devez vous mettre à l’espéranto avant de pouvoir l’utiliser… ou avant de pouvoir le comprendre)
  • L’alphabet écrit de l’espéranto pour apprendre simplement et visuellement
  • L’alphabet sonore de l’espéranto : dispo ici ! 

Tous les sites listés ci-dessus proposent des ressources (livres, magazines, ressources audio…) pour apprendre la langue ou, du moins, pour commencer à vous familiariser avec elle. Petit plus : on réfléchit aussi, chez MosaLingua, à développer une application pour vous aider à apprendre l’espéranto. On vous tiendra informé 😉

Vous avez aimé cet article ? Rejoignez gratuitement le club de MosaLingua

Plus de 100 000 personnes en profitent, pourquoi pas vous? C’est 100% gratuit :

Ce article est également disponible en German et English.

Comments

  1. Serbero says:

    Ravi de voir que Mosalingua s’intéresse à l’espéranto, ça fait vraiment plaisir! Je doute que l’éventuel Mosalingua espéranto sorte demain vu que l’équipe a déjà deux autres langues sur le dos, mais je ne peux que vous encourager! D’ailleurs, si ce projet venait à se concrétiser je pense qu’il serait intéressant de se tourner vers les associations d’Espéranto pour avoir un peu d’aide. Je suis sûr qu’elles seront ravies d’aider à la diffusion de la langue 🙂

    • mathilde says:

      MosaLingua s’intéresse à toutes les langues Serbero 😉
      Merci pour votre commentaire (et pour vos encouragements). Nous vous tiendrons au courant de notre avancée sur le sujet ! Mais je pense en effet qu’il serait intéressant de se tourner vers les asso si ça se faisait. Bonne journée !

  2. J’avoue qu’en plus d’apprendre l’alphabet arabe (et éventuellement elfique et coréen) j’aimerai apprendre l’espéranto, mais si les règles sont simples, pour le vocabulaire, c’est une autre histoire, et je ne sais pas les autres, mais pour moi, c’est aussi une grosse difficulter, même si d’habitude, la grammaire n’est pas non plus très amie avec moi.

    • mathilde says:

      Aucune langue n’est vraiment simple à apprendre, le tout est d’être bien motivé Eléïs ! Et entre l’arabe, l’elfique et le coréen, vous semblez l’être 😉 Bonne continuation !

  3. Tiens, c’est marrant ! Je me souviens d’avoir fait la proposition de participer à la création d’une application pour MosaLingua dédiée à cette même langue. Or on m’a répondu que c’était loin d’être une priorité car des versions dédiées au chinois et au russe étaient plus importantes, ce que je peux aussi comprendre.

    En tout cas, je félicite l’auteur d’avoir écrit cet article car cette langue mérite vraiment d’avoir plus d’importance et d’être mis en valeur. Ça mérite même un « remake » de notre monde, si je peux me permettre…

    • mathilde says:

      Comme quoi, tout le monde peut changer d’avis… et MosaLingua évolue, Lucien ! Même si la création d’une appli dédiée à l’espéranto n’est pas encore lancée – c’est un projet à garder en tête – et nous vous tiendrons informé de notre avancée sur le sujet 😉
      Merci pour votre commentaire en tout cas !

Speak Your Mind

*