Interview de Fabrice qui voyage depuis plus de 10 ans dans le monde

interview-de-fabrice-qui-voyage-depuis-plus-de-10-ans-dans-le-monde-apps-pour-apprendre-rapidement-l039anglais-l039espagnol-l039italien-l039allemand-et-le-portugais-sur-iphone-ipad-android--mosalinguaAprès l’interview de la famille de Lorenzo qui est partie au Chili. Je continue dans la série avec l’interview de Fabrice. Je l’ai rencontré  en Colombie, dans la petite ville de Bucaramanga où je vivais.

Fabrice, on peut dire que tu es un voyageur professionnel. Je t’ai connu en Colombie, mais tu as déjà vécu dans de nombreux pays. Tu es adepte des voyages au long cours. Peux-tu nous expliquer en quoi cela consiste ?

En effet, cela fait plus de 10 ans que je voyage en indépendant, souvent en solo. J’ai fait plusieurs voyages au long cours et plusieurs expatriations.

Alors, un voyage au long cours, c’est tout simplement un voyage qui dure un certain temps, disons au moins deux mois.

C’est le temps minimum nécessaire, selon moi, pour ressentir cette liberté qu’offre le voyage en indépendant et au long cours. Il faut en effet un certain temps pour s’éloigner de ses repères habituels et plonger un minimum dans la culture du pays où tu voyages.

Comment as-tu décidé de te lancer la première fois ?

Mon premier long voyage, du moins en solo, fut ma traversée de l’Afrique de l’Ouest en moto. À l’époque, il y a 5 ans, je venais de terminer un contrat de travail au Nigéria. N’ayant pas vraiment d’obligations, je me suis décidé à réaliser ce périple, de Lagos à Dakar en trois mois.

interview-de-fabrice-qui-voyage-depuis-plus-de-10-ans-dans-le-monde-apps-pour-apprendre-rapidement-l039anglais-l039espagnol-l039italien-l039allemand-et-le-portugais-sur-iphone-ipad-android--mosalingua

Franchement, j’avais une certaine peur avant de franchir le pas ! Mais mon désir et ma motivation étaient plus forts : -). Il faut parfois se « forcer » un peu pour dépasser ses craintes et sa peur. Ensuite, c’est toujours un plaisir immense et une même question accompagnée d’un sourire: «  pourquoi cela a été si difficile ? ».

Quels sont les principaux freins qui peuvent empêcher de partir à l’étranger ?
Je pense que ce n’est jamais facile en effet pour tout le monde. L’être humain a peur de l’inconnu en général, surtout la première fois !

Un récent sondage parmi mes lecteurs m’a montré que les principaux freins au voyage sont  tout d’abord l’argent et le temps. Pas de surprise ! Les deux sont liés d’ailleurs.

Ensuite, la sécurité et la peur de l’inconnu sont un autre puissant frein au voyage. Qui ne connait pas un ami ou autre qui lui a demandé si telle ou telle destination est sûre ?

Enfin, la barrière de la langue est aussi un frein pour certains. Et c’est bien dommage, car c’est loin d’être une grosse difficulté à surmonter !

interview-de-fabrice-qui-voyage-depuis-plus-de-10-ans-dans-le-monde-apps-pour-apprendre-rapidement-l039anglais-l039espagnol-l039italien-l039allemand-et-le-portugais-sur-iphone-ipad-android--mosalingua
Par rapport aux langues, que penses-tu qu’il faut faire avant de partir ?

D’une manière générale, je ne pense pas qu’il faille être bilingue pour partir en voyage !

Par contre, il vaut mieux savoir un minimum d’anglais pour pouvoir se débrouiller dans toutes les situations.

Je pense que la meilleure méthode, c’est de réviser les bases quelques semaines avant de partir. Ensuite, durant le voyage, une bonne chose est d’avoir sur soi un guide de conversation ou un autre outil pour « réviser » lors des déplacements en bus ou le soir à l’hôtel par exemple. En cela, une application iPhone comme MosaLingua est idéale : pratique, vous pouvez ainsi continuer de pratiquer n’importe où ! De plus, étant immergé dans la langue et la culture du pays, vous allez progresser encore plus vite !

L’anglais est très utile, mais pour se lier d’amitié avec des locaux et avoir des discussions intéressantes ?

L’anglais est la langue du voyage, c’est une évidence. Sauf peut-être en Amérique Latine où l’espagnol domine largement et où il vaut mieux savoir parler un peu cette langue.

Plus votre anglais sera bon, plus il sera facile de communiquer facilement avec les locaux, mais aussi avec les autres voyageurs.

Plus vous maitriserez l’anglais et plus vous aurez des discussions intéressantes et profondes avec les gens sur leur pays et leur culture. Et c’est là une vraie valeur ajoutée et un vrai plus !

Oui, je suis d’accord avec toi l’anglais est aussi la langue du voyage. Mais je suis persuadé que si l’on se contente de l’anglais et que l’on n’apprend pas la langue du pays où l’on va, on perd beaucoup de choses. Il ne faut pas se leurrer, finalement, assez peu de personnes parlent anglais dans le monde. Il y a d’ailleurs une citation de Nelso Mandela que je trouve très vrai :
« Si vous parlez à un homme dans une langue qu’il comprend, cela ira dans sa tête. Si vous lui parlez dans sa langue, cela ira dans son coeur. »
Et même avec un niveau très faible, vous montrerez l’importance que vous accordez au pays et à la culture, et les gens en seront réellement reconnaissants, et le contact sera beaucoup plus facile.

interview-de-fabrice-qui-voyage-depuis-plus-de-10-ans-dans-le-monde-apps-pour-apprendre-rapidement-l039anglais-l039espagnol-l039italien-l039allemand-et-le-portugais-sur-iphone-ipad-android--mosalingua

Au niveau de la sécurité et de la peur, c’est vrai que cela peut-être un frein, même inconscient. Comment se débarrasser de cette peur ? Penses-tu qu’il y a certains pays qui sont vraiment dangereux ?

Tout d’abord, il y a plusieurs niveaux. Une crainte au niveau de la sécurité empêche certains de se rendre dans certains pays, alors que ces destinations sont souvent incroyables ! C’est dommage !

Pour d’autres, c’est encore plus fort : cela les empêche de partir seul. Il passe alors à côté d’autres richesses qu’apporte le voyage.

Enfin, pour beaucoup, cette peur les empêche de profiter pleinement de leur voyage et les limite dans ce qu’ils peuvent faire sur place. Là aussi, c’est dommage…

Pour ma part, j’ai voyagé dans des pays à la mauvaise réputation comme le Nigéria, l’Afrique de l’Ouest, l’Amérique Central ou encore dernièrement la Colombie. Je n’ai jamais rencontré de problèmes, et ce n’est là pas qu’une question de chance !

En fait, mis à part les pays en guerre, il n’y a pas vraiment de pays vraiment dangereux. Par contre, il y a un certain nombre de destinations dans lesquelles le voyageur doit prendre certaines précautions et connaitre certaines choses. C’est vraiment important.

La sécurité en voyage, c’est avant tout une affaire de psychologie, mais pas seulement. Voyager en sécurité repose tout d’abord sur le fait de posséder un certain nombre de connaissances et d’appliquer certaines techniques et attitudes. C’est la base.

Je viens d’ailleurs de publier sur mon blog Instinct Voyageur un ouvrage sur ce thème : a.t.i.p.i.c., la méthode pour voyager zen et en sécurité. C’est le seul ouvrage en français sur ce thème.

interview-de-fabrice-qui-voyage-depuis-plus-de-10-ans-dans-le-monde-apps-pour-apprendre-rapidement-l039anglais-l039espagnol-l039italien-l039allemand-et-le-portugais-sur-iphone-ipad-android--mosalingua

En qui consiste la méthode a.t.i.p. i.c.. Peux-tu nous en dire plus ?

C’est un guide pratique de plus de 200 pages sur « comment voyager l’esprit plus tranquille en voyage ». Il parle de la sécurité des biens, des personnes et des données en voyage.

Bien sûr, il s’adresse aux voyageurs qui ne sont pas spécialement expérimentés, mais pas seulement.

En effet, tout voyageur y découvrira des choses essentielles : comment surfer sur le net en sécurité, les accessoires indispensables au voyageur, voyager en sécurité avec son laptop ou son matériel photo, comment faire face à un chien agressif, les moments vulnérables, la méfiance positive etc.

Il est articulé autour des trois grands piliers de la sécurité en voyage : les connaissances, les techniques à connaitre et l’aspect psychologique.

Savoir voyager en sécurité, c’est important pour mieux profiter des richesses du voyage. Ce n’est pas de la paranoïa, c’est juste des réflexes à acquérir. Car la sécurité, ce n’est pas une question de chance, et les problèmes n’arrivent pas qu’aux autres…

Voilà, merci Fabrice pour cet interview.
J’ai passé plusieurs mois avec Fabrice en Colombie, c’est quelqu’un de passionnant, et je peux vous assurer qu’il sait de quoi il parle. Fabrice est un mordu du voyage. Adepte notamment des longs voyages, il parcourt l’Amérique du Sud depuis plus d’un an. Il raconte ses voyages sur son blog Instinct Voyageur. Un blog qui lui permet de financer sa passion. Il est aussi l’auteur du blog Prendre l’avion.
Il m’a offert son guide, et je l’ai trouvé très intéressant et utile. Je me considère comme un voyageur plutôt expérimenté, et pourtant j’ai beaucoup appris. On sent que c’est le fruit d’une longue expérience ainsi qu’un gros travail de recherches et d’investigation. Une fois terminé, on se sent plus en confiance, car il est bien connu que « la peur est le fruit de l’ignorance. »

Je tiens à préciser que je ne touche aucune commission, et que je n’ai aucun intérêt sur ce guide, mais cela me fait plaisir d’en parler, car je pense sincèrement que cela peut-être utile.

À votre tour maintenant, seriez-vous prêt à partir pour un voyage de longue durée ? Qu’est-ce qui vous en empêche ? N’hésitez pas à répondre dans les commentaires.

Vous avez aimé cet article ? Rejoignez gratuitement le club de MosaLingua

Plus de 100 000 personnes en profitent, pourquoi pas vous? C’est 100% gratuit :

Articles qui peuvent vous intéresser :

Speak Your Mind

*