Comment les true cognates vont vous apprendre 5000 mots d’un coup

L’anglais est une langue qui semble difficile sur certains points : la prononciation est difficile, la grammaire est différente, on a du mal avec les différents temps… Peut être que ça vous décourage, et encore plus si il y a des gens autour de vous qui considèrent que l’anglais c’est « facile ».

Bonne nouvelle : il est possible de prendre l’ascenseur et d’augmenter radicalement son vocabulaire, sans se prendre la tête. Non, je ne vais pas vous inciter à prendre de la drogue pour apprendre plus vite et vous donner un secret gardé pendant des milliers d’années. L’astuce est toute simple, mais vous allez voir pourquoi c’est plus important que vous ne le pensez.

Vous connaissez surement déjà des milliers de mots de la langue sans forcément le savoir. 

Même si l’anglais est une langue germanique, il y a eu énormément d’influence du français. La France a quand même occupé l’Angleterre pendant une longue période (guerre de 100 ans). Donc à force d’influence et d’histoire commune, l’anglais a absorbé une quantité énorme de mots français et les a modifié dans leur prononciation, leur écriture et parfois même leur sens (ce qui a donné les « faux amis » des mots qui se ressemblent mais qui n’ont pas le même sens).  Et la haute société en Angleterre a même parlé Français pendant plus de 300 ans !
Il y a donc plus de 20 000 mots qui ressemblent beaucoup au français. Dont énormément de mots qui sont 100% identiques. Ce sont les “vrais amis” ou « mots apparentés » (true cognates en anglais)

Vous allez peut-être vous dire « Ok, donc c’est bien il y a des mots qui sont identiques, donc je n’ai pas besoin de les apprendre, non ? » Et bien si, il faut les apprendre ! Voici pourquoi :

Pourquoi il faut apprendre les vrai-amis?

Il faut bien apprendre que ces mots existent. Vous pourrez facilement deviner le sens d’un vrai ami si vous le lisez ou l’entendez , mais si vous devez l’écrire ou le dire, cela ne va pas fonctionner :
Par exemple, imaginez que vous cherchez à traduire  « fertile » (ex. une terre fertile), en anglais. Si vous ne savez pas que « fertile » est un vrai ami et s’écrit exactement pareil en anglais, vous serez bien obligé de le chercher dans le dictionnaire ! 

– Il faut apprendre leur prononciation en anglais. Et oui, la prononciation anglaise est compliquée. C’est très risqué d’essayer  de deviner la prononciation d’un mot en le voyant écrit. Il y a tellement d’exceptions dans la prononciation anglaise, qu’il faut l’apprendre par coeur. Et si vous prononcez un vrai ami avec la prononciation française, je peux vous assurer que l’on ne va pas vous comprendre.

Mais même s’il faut les apprendre, cela ne va pas vous prendre beaucoup de temps, et surtout il y a énormément d’avantages :

Quels sont  les avantages d’apprendre les vrais amis ?

– Augmenter son vocabulaire de façon conséquente sans y passer beaucoup de temps. Et oui, il n’y aura pas besoin d’apprendre le sens du mot, juste la prononciation.

Améliorer sa prononciation facilement. Cela permet de repérer certains modèles de prononciation anglaise par rapport au français. Ce qui est un très bon exercice. On peut repérer clairement les différences entre les sons d’un même mot en anglais et en français, ce qui donne une bonne base de phonétique. 

– Connaître ses alliés : Ne pas mélanger les vrais et les faux amis, c’est important de ne pas faire de fautes là dessus. Allez voir le pack : « faux amis ».

– Repérer les structures des mots identiques. Beaucoup de mots se terminant en -tion sont indentiques en anglais et en français : equation, satisfaction, limitation… ; les mots français finissant en -que se transforment souvent en mot anglais avec un -c à la fin : Fantastic, epic, academic … Une fois que vous aurez repéré ces régularités et compris la différence de prononciation, il vous sera facile de comprendre ou apprendre tous les milliers d’autres mots similaires en français et en anglais.

 

Bonne nouvelle, vous pourrez trouvez une liste de vrai ami dans l’application MosaLingua Anglais sous forme de « Pack ». Nous avons préparé une liste de mots identiques ou ayant la même origine en anglais et en français. Non, pas 5000 ! Parce que ça pourrait être un peu répétitif d’apprendre plein de mots identiques, nous nous sommes concentrés sur les plus utiles et ceux qui ont des structures bien spécifiques. Pour vous aider à deviner à l’avenir les autres mots identiques, nous avons créé des petites fiches leçons dans l’application qui vont vous permettre de reconnaître et prononcer les autres « true cognates ».
Le pack « true cognates » est certainement le pack qui va vous faire acquérir du vocabulaire le plus rapidement !

Vous pourrez obtenir ce pack dans la prochaine mise à jour de MosaLingua mi-octobre ! (on travail dure pour la finaliser, merci pour votre patience 😉

Pensez aussi à jeter un oeil à notre pack « faux amis » où sont répertoriés les principaux mots qui se ressemblent en anglais et français mais qui n’ont pas le même sens.

Vous avez aimé cet article ? Rejoignez gratuitement le club de MosaLingua

Plus de 800 000 personnes en profitent, pourquoi pas vous? C’est 100% gratuit :

Comments

  1. Bonjour,

    Bonne nouvelle pour cette possibilité de rajouter ds packs de mots. Cela sera-t-il également possible avec la version english business?

  2. Dans quelle rubrique de l’application cela se trouve-t-il?

    • C’est déjà disponible sur Android dans les packs optionnels. Sur iOS, cela sera bientôt disponible, la mise à jour est en cours de test par Apple.

      • Parfait merci. Comme je suis sous iOS je patienterai donc. Merci beaucoup. Bonne continuation !

  3. Merci pour l’info et pour tout le boulot que vous faites

  4. J’ai téléchargé la mise à jour de la version business et vois un bouton unlock pack. Rien ne se passe lorsque je clic dessus, mais j’imagine que c’est normal tant qu’apple n’a pas validé?

    • Désolé, il n’y a pas de packs dans la version Business. Ce bouton ne devrait pas être là…

  5. Avantage des vrais-amis: améliorer sa prononciation.

    Pas d’accord du tout. Une fois qu’une prononciation est acquise, elle est acquise et il est très difficile de s’en débarrasser. Par contre, la prononciation d’un mot dont on ignore totalement l’orthographe sera très vite acquise parce que justement, on n’a aucun autre repère que l’écoute.
    Ce qui tue la prononciation anglaise des francophones (et vice-versa, la prononciation française des anglophones), c’est qu’un fait, il y a trop de mots communs aux deux langues et qu’immanquablement, la première langue va prendre le dessus.

    Pourquoi la majorité des francophones ne font pas la différence entre la prononciation de off et de of. Pourtant, f…ck, on l’entend gros comme une maison, le V de oF! Parce que tout simplement, le francophone a vu un F!

    Idem pour les i courts et les i longs. Allez expliquer à un français qu’il vaut mieux éviter de dire  »I’m lying on the bitch » lorsqu’il voulait dire  »I’m lying on the beach ».

    Par contre, un francophone qui entend /ˈkəːn(ə)l pour la première fois (sans le voir écrit) n’aura pas de grande difficulté à le prononcer. Le choc sera lorsqu’on lui dira qu’il peut s’agir d’un grade de l’armée (colonel) ou d’un noyau (kernel).

    Idem s’il entend kʌldəˌsak. Aucun problème pour répéter correctement après deux ou trois essais. Mais s’il ne le voit écrit – catastrophe :  »cul-de-sac »?!?
    A French trying to say  »cul-de-sac » when reading the sign! Bloody hell, abbreviated piece of nothing, oxygen thief, asshole of bumble bee, sleaze-ball of a senator, ass of constipated communist, pope fucker and cardinal cock sucker, cuntosaurus dickhead!

    C’est la lecture qui tue la prononciation. On devrait apprendre les langues étrangères, n’importe quelle langue étrangère comme sa première langue – sans bouquin. On apprend bien à lire UNE FOIS TOUS LES PHONÈMES DE SA LANGUE ACQUISE, vers quatre ans.
    À quatre ans, n’importe quel enfant parle la langue du pays dans laquelle il vit sans accent ‘étranger’ et avec l’accent local – un Ricard avec l’accent de Marseille, un Tremblay avec l’accent joual, un O’Sullivan avec l’accent de Dublin et un Kennedy avec l’accent de Boston.

    Par contre, avantage certain – le stock de mots communs aux deux langues est énorme! Spécialement pour tout ce qui est des mots savants ou sophistiqués. Normal, puisque le français était la langue parlée à la cour d’Angleterre et l’anglais était parlé par les ploucs, le peuple.
    D’ailleurs, aujourd’hui encore, les Nord-Américains (je ne sais pas pour les Britanniques ou autres) adorent emprunter des mots français : ça fait beaucoup plus classe, la France est tout de même le pays de la haute-couture et de la gastronomie.

    Petit conseil qui peut servir lorsque vous être coincé et que seul un mot français vous vient à la bouche. Vous dites le mot français – et si l’anglo qui est en face ne comprend pas, vous dites :  »You don’t know that word? Everybody says that in California! » Ça passe comme une lettre à la poste. Vexé qu’un français soit plus branché que lui, l’anglo n’osera pas avouer son ignorance.

    • Bonjour Greg,
      Merci pour votre commentaire. Votre point de vue est intéressant et il n’est pas si loin de ce que l’auteur de l’article explique. L’article souligne la difficulté de la prononciation anglaise mais propose, entre autres, d’utiliser les « true cognates » pour identifier des modèles de prononciation pour des mots qui sont un peu plus faciles à mémoriser (car elles sont très similaires à notre langue maternelle).
      Quant à utiliser seulement l’audio pour mémoriser la prononciation, je pense que cela pourrait aider un certain nombre de personnes car il est vrai que parfois la lecture peut causer des problèmes (surtout pendant les premières mois d’apprentissage). En effet, nous conseillons souvent de se concentrer sur l’écoute et l’immersion au début et reporter un peu le plaisir de la lecture (ou bien de combiner lecture + écoute avec un audio-livre).
      Par contre, nous sommes un peu moins fatalistes car nous avons pu observer qu’un travail ciblé sur certains sons et fautes récurrentes peuvent améliorer de façon étonnante la prononciation des mots et phrases. C’est justement le travail que nous faisons dès le début de notre formation « Speak English with Confidence » et les résultats sont vraiment très positifs. Je vous invite à écouter l’amélioration d’un de nos membres (vers la fin de cette page) pour en avoir un example.
      En tout cas, merci pour avoir partagé votre avis – c’est toujours intéressant d’échanger sur ces sujets.

Speak Your Mind

*