Comment apprendre une langue pour partir en mission humanitaire / bénévole ?

Aider les autres, travailler aux côtés d’une autre culture, pour apprendre, s’enrichir, échanger, découvrir, partager son savoir… Nombreuses sont les raisons qui poussent chaque année des jeunes à partir en mission humanitaire à l’étranger. Et, honnêtement, il y a sans doute autant de raisons de partir que de bienfaits que procure ce départ ! Les missions humanitaires ouvrent les horizons de ceux qui partent. Et, petit plus, elles valorisent leur C.V. 
D’ailleurs, les bienfaits des missions humanitaires commencent même avant le voyage. On apprend à s’organiser, à planifier un départ, à s’émanciper, et parfois on apprend une nouvelle langue pour être à l’aise en arrivant sur place. 

Aujourd’hui, nous vous donnons quelques conseils pour apprendre une langue avant de partir en mission humanitaire. 

 

Tout projet nécessite organisation

Tout voyage se prépare. Bien préparer son départ pour une mission humanitaire dans un pays étranger consiste notamment à réfléchir (et à entamer les démarches) à l’obtention d’un VISA, à un possible enregistrement auprès de l’ambassade, aux protections sanitaires, à l’aspect financier de son voyage (car dans la majorité des cas les missions humanitaires ne sont pas rémunérées), etc. De nombreuses associations proposent de vous accompagner dans ces démarches. Vous pouvez consulter ces sites pour en savoir plus : France Volontaires, Solidarités.org, HumaCoop (qui propose une liste de sites utiles).

 

Le besoin d’apprendre une langue pour partir en mission humanitaire

Et une autre façon de préparer son départ en mission humanitaire est d’apprendre la langue du pays d’accueil – ou du moins perfectionner son anglais. Pourquoi ?
Pour plus facilement s’intégrer à une équipe, plus aisément travailler aux côtés d’une autre culture, et plus rapidement apprendre à leurs côtés, échanger, s’enrichir… Apprendre la langue du pays d’accueil, avant son départ, c’est aussi faire un premier pas vers l’autre.

 

Quelles méthodes utiliser pour apprendre une langue avant votre départ en mission humanitaire ?

Beaucoup de jeunes envisagent de partir en mission humanitaire à l’étranger pour apprendre ou perfectionner leur anglais, espagnol, portugais ou autre. C’est vrai que l’immersion dans un pays étranger peut beaucoup aider pour en apprendre la langue. Pour autant, rien ne vous empêche de commencer l’apprentissage avant même votre départ. On ne vous dit pas d’arriver là-bas bilingue. Mais de connaître, au moins, le vocabulaire de base (ou de politesse) ainsi que quelques mots-clés qui vous permettront de rapidement évoluer sur le chantier.

 

1.  Se concentrer sur les mots-clés et les expressions qui vous seront le plus utiles

La première méthode consiste donc à se concentrer sur les mots-clés et les expressions qui vous seront le plus utiles les premiers jours sur place. Au-delà des formules de politesse basiques, vous pouvez commencer par apprendre des mots de vocabulaire et des expressions associés à votre futur chantier. D’ailleurs, les mots proposés dans les applications MosaLingua sont spécifiquement sélectionnés pour une utilité immédiate.
Chez MosaLingua, on rapproche cette méthode de la Loi de Pareto qui explique que 80 % des effets sont dûs à 20 % des causes. Le lien avec les langues ? En apprenant 20% d’une langue, vous serez capable de vous débrouiller dans 80% des situations.

Comment faire ? Bonne nouvelle : nous avons préparé un guide de conversation avec les 1 000 mots les plus utiles pour se débrouiller rapidement. Vous pouvez le télécharger gratuitement en utilisant le formulaire ci-dessous :

 

2.  Reviser, reviser, reviser ! 

Après avoir appris des mots et des phrases utiles, il faudra les réviser régulièrement (tous les jours si possible) : c’est la clé pour apprendre rapidement et durablement du vocabulaire, et le principe même du « système de répétition espacée ».
Quand nous parlions d’organisation, nous parlions aussi de l’organisation dans l’apprentissage de la langue. Il a été montré que pour faire rentrer une information (un nouveau mot ou une nouvelle expression) dans votre tête à long terme, il faut espacer les révisions dans le temps.
Ce système est un des noyaux durs de la méthode que nous utilisons dans l’application MosaLingua qui vous dit quel est le moment idéal pour réviser justement ces mots de vocabulaire et autres expressions (un planning est calculé selon la courbe de l’oubli).

comment-apprendre-une-langue-pour-partir-en-mission-humanitaire--bnvole--a-chaque-nouvelle-rvision-espace-loubli-est-de-moins-en-moins-rapide--apps-pour-apprendre-rapidement-l039anglais-l039espagnol-l039italien-l039allemand-et-le-portugais-sur-iphone-ipad-android--mosalingua

A chaque nouvelle révision espacée, l’oubli est de moins en moins rapide.

A noter : rien ne vous empêche, pour intégrer au mieux ce vocabulaire, de débuter l’apprentissage avant de partir et de réviser sur votre lieu de mission !

 

3. Lire des articles de la presse locale

Voici une idée pour mieux connaître le pays que vous avez choisi comme destination et pratiquer la langue en même temps : commencer à lire la presse locale.
Vous pourrez ainsi déjà entrer en contact avec la culture locale et améliorer votre capacité à lire la langue du pays. Nous avons trouvé un site génial qui vous permet d’identifier et de lire les journaux de tous les pays du Monde : il s’appelle Newspaper Map, et nous vous conseillons de l’utiliser car c’est super pratique ! Il suffit de choisir un pays sur la carte pour retrouver une selection de quotidiens à lire.

comment-apprendre-une-langue-pour-partir-en-mission-humanitaire--bnvole--newspapermap-apps-pour-apprendre-rapidement-l039anglais-l039espagnol-l039italien-l039allemand-et-le-portugais-sur-iphone-ipad-android--mosalingua

 

4. Ecouter les radios du pays de votre choix

En matière de compréhension orale, la diversité des accents peut jouer un rôle important. Même si vous comprenez parfaitement l’anglais parlé par un américain ou par un anglais, échanger avec une personne venant de l’Afrique Anglophone ou d’Asie pourra être un peu dur au début. De même, si vous partez en Amérique Latine, préparez-vous à entendre un espagnol assez différent de celui qu’on parle en Espagne.

La solution à tous ces problèmes est une petite astuce à mettre en oeuvre avant de partir pour s’habituer à l’accent du pays de votre choix : écouter tous les jours pendant 10 minutes une radio locale.
Petit à petit, vous pourrez ainsi vous habituer à la façon de prononcer les mots et à la manière de parler des locaux, tout en ayant un premier contact avec leur culture. Pour cela, vous pouvez utiliser l’excellente appli gratuite Tune In qui vous permet de filtrer les radios par pays puis de choisir celle qui vous convient.

 

5. Parler avec des natifs sur les sites d’échanges linguistiques

Pourquoi le fait de partir en mission humanitaire vous aidera à perfectionner votre niveau en langues ? Tout simplement parce que vous allez être quotidiennement en contact avec des gens qui parlent cette langue. Je le répète, rien de tel que l’immersion. Une dernière méthode serait alors de s’immerger dans la langue ciblée avant le départ… en trouvant un correspondant.
En effet, il existe de nombreux sites d’échanges linguistiques qui vous permettent, comme leur nom l’indique si bien, de trouver des gens avec qui échanger (en français pour perfectionner le niveau de votre correspondant et dans sa langue pour vous perfectionner, vous). Il suffit de vous abonner à l’un de ces sites pour entrer en contact avec des gens du Monde entier, et pourquoi pas de votre futur pays d’accueil…

comment-apprendre-une-langue-pour-partir-en-mission-humanitaire--bnvole--italki-apps-pour-apprendre-rapidement-l039anglais-l039espagnol-l039italien-l039allemand-et-le-portugais-sur-iphone-ipad-android--mosalingua

 

 

Prêts pour partir en mission ? Vous avez pas mal d’informations maintenant… Alors, y’a plus qu’à !

 

Vous avez aimé cet article ? Rejoignez gratuitement le club de MosaLingua

Plus de 100 000 personnes en profitent, pourquoi pas vous? C’est 100% gratuit :

Ce article est également disponible en English.

Articles qui peuvent vous intéresser :

Comments

  1. Article très intéressant, comme quoi les langues peuvent être un véritable lien solidaire entre différents pays à travers le volontariat et l’humanitaire.

    D’ailleurs, pour ceux qui veulent se lancer dans l’aventure, je conseille le Wwoofing. C’est une nouvelle tendance de bénévolat à l’étranger dans des fermes biologiques: un bon moyen de sortir de sa zone de confort et voyager.
    En échange d’un travail journalier de quelques heures, vous êtes hébergés, nourris et formés à l’agriculture biologique.
    Voilà une belle possibilité pour ceux qui cherchent un moyen de partage et d’échange solidaire, surtout quand cela donne l’occasion d’apprendre une nouvelle langue !

    Merci encore pour l’article !

    • Oui, le Wwoofing peut-être une très bonne expérience, merci Pierre 😉

Speak Your Mind

*