Les 10 langues les plus difficiles à apprendre

On parle souvent de ces langues faciles à apprendre. Comme l’espagnol par exemple. Les racines des mots, similaires à celles françaises, la construction syntaxique ou encore la phonologie sont autant de raisons qui nous permettent de les apprendre, en tant que francophone, avec une certaine simplicité. Au contraire, il y en a d’autres que l’on peut qualifier de difficiles, pour leur phonologie, leur grammaire ou encore leur construction. Nous avons fait un classement de ces 10 langues les plus difficiles à apprendre en fonction de plusieurs critères (les plus objectifs possibles !). Ne vous inquiétez pas : nous vous avons réservé quelques astuces pour vous aider lors de cet apprentissage… périlleux, sans nul doute, mais pas impossible !

Les 10 langues les plus difficiles à apprendre

 

Quelles sont les 10 langues les plus difficiles à apprendre ?

Trêve de suspens. On ne va pas tourner autour du pot. Voyons quelles sont ces langues…

  1. Mandarin
  2. Arabe
  3. Russe 
  4. Japonais
  5. Hongrois 
  6. Allemand
  7. Grec
  8. Polonais
  9. Langue islandaise
  10. Finnois

Mais, le plus important : comment sommes-nous arrivés à ce résultat ?

Il est toujours difficile de faire un classement des langues dites faciles ou au contraire difficiles. Tout comme il est compliqué d’affirmer purement et simplement qu’une langue est facile à apprendre. Car bien souvent, pour affirmer cela ou pour établir un classement, les gens prendront comme référence leur langue maternelle. Forcément, la proximité d’une langue avec la langue maternelle est la première chose qui facilite ou non l’apprentissage d’une langue. Par exemple, pour un coréen ou un japonais, l’apprentissage du mandarin semblera bien moins compliqué que pour un français notamment (mais nous reviendrons sur cette idée juste ci-dessous).

Les gens prendront aussi comme référence leur propre expérience. Si quelqu’un a eu des facilités pour apprendre l’italien, il n’aura pas de mal à affirmer que l’italien est une langue facile. Or, elle ne l’est pas pour tout le monde… En fait, ce type de classement reste bien souvent subjectif, et dépend donc de la personne qui l’a élaboré (sa langue maternelle et son expérience avec la langue). Je ne vais pas prétendre que nous avons abordé ici ce classement avec une méthode scientifique, purement objective… Mais nous avons essayé de nous baser sur des critères pertinents. Lesquels ?

 

Le vocabulaire, et leur distance avec votre langue maternelle

C’est sans doute l’un des premiers critères que l’on peut utiliser pour affirmer qu’une langue est facile ou non à apprendre. Si ce n’est même le critère le plus important ! C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous affirmons souvent que l’espagnol est facile… pour les francophones du moins. Car espagnol et français profitent des mêmes origines. De nombreux mots se construisent sur la même racine. Résultat : on peut apprendre du vocabulaire espagnol bien plus rapidement que du vocabulaire arabe ou japonais par exemple. Dans ces 10 langues les plus difficiles, certaines telles que le hongrois ou le finnois (on peut aussi citer le coréen qui ne fait pas partie de la liste mais qui n’est pas loin) sont considérées comme uniques. C’est-à-dire que nous ne pouvons leur trouver une origine commune à une autre langue. Aucune similarité, ni avec votre langue maternelle, ni même avec l’anglais.

Espagnol, italien, français sont des langues cousines grâce à leur racine latine. L’anglais et l’allemand sont aussi cousines, grâce à la langue germanique. On les appelle aussi des proto-langues, et plus exactement des proto-germaniques pour le cas de l’anglais et de l’allemand. C’est-à-dire qu’elles ont été construites sur la même base, à partir d’une même racine ou d’une même langue anciennement utilisée. Les proto-germaniques par exemple ont été construites à partir de la langue anciennement parlée par les peuples germaniques. Ainsi, vous aurez sans doute moins de difficulté, si vous connaissez bien l’anglais, d’apprendre l’allemand (même si elle fait partie de notre liste). Tout comme vous aurez moins de difficulté à apprendre une langue proche de la vôtre. Ou encore, vous n’aurez peut-être pas de difficulté à déchiffrer un mot espagnol – même totalement inconnu – grâce à sa racine latine.

La phonologie, les sons et les intonations

Encore une fois, nous prenons comme référence votre langue maternelle ou la langue anglaise. On peut retrouver dans différentes langues des sons communs. Pour reprendre l’exemple du français et de l’espagnol, on peut citer le « i » qui se prononce de la même façon dans les deux langues. Ceci nous aidera à bien l’utiliser.

Or, certaines langues telles que le russe ou encore l’arabe regorgent de sons qui n’existent ni en français ni en anglais. D’ailleurs, toute la difficulté de la langue arabe repose bien souvent sur cette idée : vu que beaucoup de sons n’existent pas en français, il vous faudra beaucoup d’entraînement pour réussir à les imiter (ou un don naturel peut-être !). Citons aussi les tons en chinois mandarin. Il existe 4 tons différents (représentés dans leur écriture par des marquages). Et la simple variation de ton peut donner une signification différente à un mot ! Cet apprentissage des tons est particulièrement compliqué, et c’est la raison pour laquelle le mandarin tient une telle place dans notre classement. Enfin, la langue islandaise utilise un alphabet unique, basé sur celui du latin, et utilisé uniquement par les islandais. Il comporte ainsi de nombreux sons que vous n’entendrez que dans cette langue.

Les sons et les intonations d’une langue sont, cela dit, deux choses qui s’apprennent. Donc bien que leur apprentissage soit difficile, il n’est pas impossible pour autant ! Il vous demandera simplement plus d’entraînement qu’une autre langue dont les sons vous sont familiers.

La construction des phrases et la construction des mots

Vous savez que nous considérons que la grammaire n’est pas essentielle dans l’apprentissage d’une langue. Du moins pas les premiers mois. Même s’il faut souligner qu’il y a des langues, comme le hongrois par exemple qui comptent beaucoup de cas grammaticaux différents (35 exactement pour le hongrois face à 0 pour l’anglais !). Mais nous faisons référence ici à quelque chose de tout simple : le placement des mots dans la phrase.

Construire une phrase en anglais

Construire une phrase en anglais : petite piqûre de rappel !

 

En français, en espagnol voire en anglais, une phrase affirmative se construit généralement ainsi : sujet + verbe + COD / COI. Ok, jusque là, nous sommes d’accord. Malheureusement, toutes les langues ne construisent pas leurs phrases de la même façon. En arabe par exemple, un même mot n’aura pas la même signification en fonction de son emplacement dans la phrase. Citons aussi le russe, dont l’ordre des mots dans la phrase n’est pas fixe mais très aléatoire. Ce sont les déclinaisons qui donnent de l’ordre, car les terminaisons décident de quelle fonction aura le mot dans la phrase. Enfin, le japonais également utilise une construction de phrase totalement différente, qui rend l’apprentissage de la langue particulièrement compliqué, même pour les habitués. Luca Lampariello a d’ailleurs plusieurs fois affirmé que l’apprentissage du japonais n’était vraiment pas facile

Au-delà de la construction des phrases, on peut même parler de la construction des mots ! Le finnois par exemple construit plusieurs mots à partir d’une même racine. Grâce à cette racine, on pourra alors créer un adjectif, un nom, un verbe en ajoutant ou en modifiant un suffixe ou un préfixe. Le hongrois quant à lui utilise aussi des suffixes… non pas pour varier les mots mais pour évoquer le temps et donc la conjugaison. Pour ces langues, la difficulté vient du fait que nous n’aurons pas simplement à apprendre la construction des phrases, nous devrons aussi apprendre à reconstruire les mots. Une difficulté supplémentaire.

Il en manque un ? L’écriture…

Nous avons en quelques sortes fait exprès de ne pas évoquer le sujet de l’écriture. Car pour apprendre une langue rapidement, vous n’aurez pas forcément besoin d’apprendre ses écrits. Or, il faut dire qu’elle ajoute tout de même une certaine difficulté ! Voyons le mandarin et le japonais par exemple : avant tout, en tant que francophone, nous n’avons aucun indice pour pouvoir déchiffrer leurs écrits. Mais en plus, il faut savoir que la langue écrite et la langue parlée diffèrent… Vous ne lirez pas de la même façon que vous parlerez.

Bon. Tout ça pour dire que nous ne voulions pas vous emmêler les pinceaux en ajoutant l’écriture comme critère de notre classement (car il est un critère de difficulté, pour sûr !).

 

Quelques astuces pour vous en sortir…

Comme nous l’avons répété plusieurs fois, ces 10 langues sont difficiles à apprendre, oui. Mais difficile ne veut pas dire impossible. D’autre part, en adoptant la bonne méthode, et en ayant la motivation nécessaire, il n’y a aucune raison que vous ne parliez pas ! Pour aller plus loin, nous avons regroupé ici quelques sujets intéressants qui vous aideront sans doute dans l’apprentissage de quelques unes de ces langues réputées difficiles.

Pour le mandarin

Nous avons récemment interviewé Vladimir Skultety, un polyglotte slovaque qui a appris pas moins de 20 langues. Parmi elles, on peut citer le chinois mandarin dont il est d’ailleurs aujourd’hui traducteur. Dans cette interview, vous pourrez ainsi découvrir ses astuces pour apprendre les langues, et notamment les langues les plus difficiles telles que le mandarin.

N’oubliez pas de vous abonner à notre chaîne YouTube pour découvrir de nombreuses autres astuces.

Vous pouvez également visiter notre page de ressources pour apprendre le chinois. Vous trouverez des podcasts, vidéos, jeux, des cours en ligne et d’autres sites Internet très utiles pour vous aider dans cet apprentissage périlleux.

 

Pour l’arabe

Salim Kecir qui enseigne justement cette magnifique langue depuis plus de 15 ans, nous donnait il y a quelques mois quelques astuces pour apprendre rapidement du vocabulaire arabe. Pour en savoir plus sur cette langue, et pour profiter des astuces d’un expert, je vous conseille donc d’y jeter un œil. Dans cet article, il revient d’abord sur la langue arabe… ou plutôt les langues arabes, car il en existe plusieurs versions. Puis, il vous dévoile de bonnes astuces pour apprendre efficacement.

apprendre l'arabe, une des langues les plus difficiles

 

Pour le japonais

L’une des plus difficiles en raison notamment de son écriture. Voici trois articles qui évoquent justement l’apprentissage de l’écriture japonaise

Pour aller plus loin, vous pouvez également visiter notre page de ressources pour apprendre le japonais.

 

Pour l’allemand

L’allemand est un peu la langue fétiche de Cédric : il vous en parle souvent, et profite de son expérience pour vous donner quelques conseils avisés. On commence donc avec une courte vidéo dans laquelle il vous dévoile justement 5 astuces pour parler allemand, sans trop de difficulté.

Pour aller plus loin, vous pouvez également visiter

 

Pour le russe

Ah le russe. Vous êtes nombreux à vouloir vous lancer dans l’apprentissage de cette langue… Raison pour laquelle nous avons décidé de développer une application MosaLingua pour apprendre le Russe. Elle n’est pas encore terminée mais d’ici quelques mois, elle vous aidera à apprendre cette belle langue, pourtant difficile à apprendre. Affaire à suivre donc.

En attendant, vous pouvez toujours visiter notre page de ressources pour apprendre le Russe. Vous trouverez un concentré de sites utiles pour vous aider à faire vos premiers pas dans cette langue, pas si facile !

 

Et pour toutes les autres, n’hésitez pas à nous faire part de votre expérience dans les commentaires ci-dessous. Partagez vos astuces, et votre ressenti par rapport à l’apprentissage de ces langues réputées difficiles à apprendre.

Vous avez aimé cet article ? Rejoignez gratuitement le club de MosaLingua

Plus de 100 000 personnes en profitent, pourquoi pas vous? C’est 100% gratuit :

Articles qui peuvent vous intéresser :

Speak Your Mind

*