Le témoignage de Martine, une assidue de la formation polyglotte MosaLingua

le-tmoignage-de-martine-une-assidue-de-la-formation-polyglotte-mosalingua-tmoignage-formation-mosalingua-apps-pour-apprendre-rapidement-l039anglais-l039espagnol-l039italien-l039allemand-et-le-portugais-sur-iphone-ipad-android--mosalingua
Cela faisait un certain temps que nous n’avions pas pris le temps d’interviewer l’un de nos utilisateurs. Ceci est donc chose faite avec le témoignage de Martine, une utilisatrice  passionnée de langues étrangères qui a découvert notre formation « Apprendre n’importe quelle langue en trois mois » l’année dernière. Nous avons depuis beaucoup échangé avec Martine et, dans chacun de ses mails,  son enthousiasme contagieux n’est pas passé inaperçu ! Nous avons décidé de lui demander de nous parler un peu d’elle, de sa passion pour les langues étrangères et du chemin parcouru avec MosaLingua. Elle nous répond et nous donne ses impressions sur son apprentissage, la formation MosaLingua et ses échanges avec ses nouveaux correspondants du monde entier !

Bonjour Martine, merci d’avoir accepté cette interview, pourrais-tu te présenter rapidement pour nos lecteurs ?

J’ai 56 ans, je travaille dans une collectivité territoriale, je suis responsable d’un service formation. A côté de mon travail qui peut être parfois routinier, je fais des randonnées, du cyclo tourisme, je lis. J’aime échanger avec les autres. Je suis d’un naturel curieux et je suis intéressée par la nouveauté, les nouvelles technologies. J’ai un peu de temps à utiliser sainement !

En effet, apprendre une langue est une manière très saine d’occuper son temps ! Quelles sont tes motivations dans l’apprentissage des langues ?

J’ai appris l’allemand et l’anglais à l’école. Autant dire tout de suite que je n’ai aucun souvenir d’avoir pu m’exprimer correctement dans l’une ou l’autre langue ni d’avoir pu échanger sur un quelconque sujet avec un natif allemand ou anglais. J’ai, depuis que je suis jeune adulte, voulu apprendre des langues. Je trouve ça merveilleux de s’entretenir avec d’autres personnes dans une langue étrangère. J’ai l’impression de posséder comme un trésor juste parce que j’ai à ma disposition un outil nommé  « langue étrangère ». Aujourd’hui, cela me donne un objectif dans ma vie, cela me change les idées du travail et grâce à cela je ne m’ennuie plus. Et en plus j’entretiens mes neurones, je crée de nouvelles connexions dans ma tête.

En parlant de connexions, quels sont les blocages qui t’ont empêchée de te lancer dans l’apprentissage des langues auparavant ?

Il y a 30 ans, j’ai acheté une méthode avec des manuels et des micro-disques. Et régulièrement, j’ai fait des essais. Je me suis inscrite au Greta pour avoir des cours avec des professeurs. Mais la grammaire et l’écoute de cassettes ont rapidement eu raison de ma motivation.
J’ai voulu apprendre par moi-même et j’ai essayé de faire de la grammaire puisque c’est comme ça que j’avais appris : comment imaginer autre chose ! J’ai fait une collection de petits carnets, avec et sans répertoire pour apprendre du vocabulaire. Cela m’a vite ennuyée et surtout cela ne fonctionnait pas, je n’arrivais pas à enregistrer les mots. Et surtout, je n’imaginais pas parler sans être presque tout à fait au point avec des natifs.

Suite à ces déceptions, comment as-tu découvert MosaLingua et qu’est-ce qui t’a plu dans nos applications et notre formation ?

Je me suis promenée sur Internet juste avant de partir faire du cyclo tourisme en Angleterre en Cornouailles. Je me suis dit que quelques mots d’anglais seraient les bienvenus. J’ai lu ce que l’application proposait, j’ai été intéressée pour essayer et je me suis dit que 5€ était une somme modique par rapport à ce que j’avais déjà investi. J’ai commencé à apprendre des cartes très tranquillement, je n’en faisais pas forcément tous les jours mais régulièrement.

Et en début d’année, vous avez proposé la formation complémentaire en 3 mois. Je me suis dit que si je ne la prenais pas, j’allais regretter !! Et vous aviez raison, le fait d’avoir investi une somme m’a incitée très fortement à me lancer dans ce que, jusqu’à présent, je me contentais de lire. Je me suis inscrite sur Italki pour avoir un professeur que je rencontre chaque semaine et sur Conversation Exchange pour avoir des correspondants anglais.
Et c’est chose faite, j’ai plusieurs correspondants avec lesquels je corresponds. Ils  apprennent le français, nous nous entraidons dans notre apprentissage même si parfois les niveaux ne sont pas les mêmes. Je suis émerveillée par la gentillesse de chacun, cette volonté de partager, d’échanger, le respect du niveau de chacun et comment parfois nos erreurs entraînent des fous rires.

Aujourd’hui, quelles langues as-tu étudiées et comment pourrais-tu évaluer ton niveau ?

J’apprends l’anglais, je travaille pour passer le niveau B2, je suis donc entre B1 et B2. Cela me donne un objectif et m’oblige à me concentrer dans mon apprentissage. Je le fais pour le plaisir de sanctionner un niveau et d’avoir un diplôme, moi qui n’en ai aucun car je suis autodidacte.

En septembre, j’ai commencé l’espagnol et après 3 semaines d’apprentissage de vocabulaire, j’ai cherché des correspondants pour l’utiliser. Mon 1er Skype a été difficile et très fatigant mais j’étais heureuse de l’avoir fait. J’ai un niveau A1 car je n’en ai jamais fait. Le fait d’avoir déjà appris une langue aide indéniablement pour l’apprentissage d’une ou de plusieurs autres.
J’ai ensuite envie d’apprendre le russe. Comme je sais que vous n’êtes pas tout à fait prêt, j’ai un  peu de temps pour améliorer mon espagnol.

Quel bilan en tires-tu ? Quels seraient les conseils que tu donnerais à une personne qui souhaite apprendre une langue étrangère ?

J’en tire le bilan qu’il est possible d’apprendre une langue à n’importe quel âge et de pouvoir répondre à mes interlocuteurs dont les croyances les incitent à penser qu’une langue s’apprend forcément jeune et qu’il faut aller dans le pays pour l’apprendre. Je note que ce système de répétition est particulièrement efficace et que même les cartes rebelles finissent par se laisser apprendre. Le fait d’avoir la prononciation est pour moi une véritable aide à la mémorisation.

Je suis tellement motivée et pour ainsi dire addict dans mon apprentissage que j’en parle beaucoup autour de moi. Et j’ai fait de nombreux adeptes aussi bien à mon travail qu’auprès de mes amis. Je me dis que je vais pouvoir créer un club des utilisateurs de MosaLingua dans mon entourage. D’ailleurs, j’ai fait un mémo avec toutes les ressources que j’ai sélectionnées pour apprendre et que je diffuse dès que je rencontre un nouveau futur adepte.

J’apprécie sur l’appli Web, les nombreuses ressources et le fait que chacun puisse apporter sa contribution.
Enfin, je suis très sensible au fait que vous répondiez lorsque je vous adresse un mail. J’ai un peu l’impression de faire partie de la famille MosaLingua.

 

Merci Martine pour ce témoignage et pour avoir pris le temps de répondre à ces quelques questions!

C’est toujours intéressant de voir le parcours de nos utilisateurs et de voir qu’il est possible de progresser aussi rapidement dans une langue. Surtout, cela fait énormément plaisir de constater que la passion des langues étrangères est quelque chose de stimulant et de contagieux ! Merci encore d’avoir partagé ton enthousiasme avec nous.

Vous avez aimé cet article ? Rejoignez gratuitement le club de MosaLingua

Plus de 100 000 personnes en profitent, pourquoi pas vous? C’est 100% gratuit :

Articles qui peuvent vous intéresser :

Speak Your Mind

*