Voyage linguistique, job à Londres, Stanislas, un utilisateur de MosaLingua nous raconte

Voici la suite de la série d’interviews d’utilisateurs de MosaLingua qui voyagent et qui pratiquent la langue apprises. En espérant que cela vous aide à franchir le pas.

Bonjour Stanislas, pourrais-tu te présenter et nous expliquer pourquoi tu es en ce moment à Londres ?

Bonjour! J’ai 24 ans et viens de Suisse. J’ai effectué des études dans l’aviation et c’est un cadre professionnel — comme il y en a de plus en plus — qui réclame un anglais courant. J’ai donc décidé de faire une encoche par Londres à la fin de mes études pour faire évoluer mes connaissances et surtout le « fluency » ! Après considération de mon niveau, j’ai décidé d’y rester six mois.

Que fais-tu à Londres ? Tu travailles, tu prends des cours d’anglais ?
Je suis parti à l’aide d’une agence que j’ai trouvée sur le site de l’ambassade de France. Je me suis inscrit en école pour une durée de deux semaines, afin de « me chauffer » avant de trouver un job. Et après un petit mois de galère, j’ai été engagé. Ça tourne beaucoup par ici, il faut donc être sur place pour être au bon moment au bon endroit. Du coup, j’ai pas mal vadrouillé durant ce mois: c’est une excellente ville pour « go for a wander » (aller flâner).

As-tu rencontré des difficultés particulières lors de ton séjour ?

Les Londoniens sont bien plus aimables que les Parisiens (si l’on veut comparer); pourtant, c’est une gentillesse de trottoirs. Dès que l’on veut vraiment rencontrer de véritables autochtones, c’est une autre histoire. Et bien sûr, l’anglais académique diffère de l’anglais des pubs. Mais de façon générale, ça ne pose pas de problèmes.

Par contre, j’ai été logé en famille d’accueil pendant un mois: là, soit vous avez de la chance, soit vaut mieux aller voir ailleurs. Le logement en résidence est un autre excellent choix de l’alternative, mais faut s’attendre à vivre avec des gens qui ne parlent pas anglais, voire qui parlent français.

Sens-tu que tu progresses depuis que tu es à Londres ? Penses-tu qu’il soit possible de se mettre en immersion dans la langue sans voyager ?

Il y a une légère progression, oui. Mais comme dans tout, une fois qu’un niveau suffisant est atteint, cela demande beaucoup de temps et d’efforts supplémentaires pour gravir un échelon. L’oreille, en revanche, s’adapte rapidement.

Et pour moi, il est impossible de se mettre en immersion sans aller dans le pays de la langue choisie. De plus, on ne connaît pas une langue si l’on ne connaît pas sa culture. On peut progresser en restant chez soi, oui, mais pas avoir l’oreille et la langue déliée. Et surtout, on n’apprend rien de l’histoire de la langue.

 

Oui, je pense que c’est plus facile de s’immerger lorsqu’on est dans le pays. Mais c’est aussi possible grâce à internet de s’immerger dans la langue tout en restant chez soi. Il y a beaucoup d’exemples de personnes qui sont devenues bilingues sans avoir mis les pieds dans le pays.
J’imagine que tu as appris l’anglais à l’école, que penses-tu de l’enseignement des langues à l’école ?

Effectivement, j’en ai fait pendant 9 ans. J’en suis néanmoins ressorti avec un niveau grotesque.
Les études proposées tournent, selon moi, trop autour des exceptions de grammaire et du vocabulaire certes thématique, mais peu utile (je me souviens avoir appris tous les termes liés à la déforestation et ses catastrophes, mais avoir été incapable de commander une purée au restaurant). Et la discussion en anglais n’est malheureusement pas encouragée.

J’adore poser cette question, j’ai toujours la même réponse, quel que soit le pays. L’apprentissage des langues à l’école est trop théorique, et on passe à côté de l’essentiel : apprendre à communiquer et donner la passion des langues étrangères. (je ne dis pas que c’est une tâche facile)
Du coup, tu as des conseils d’apprentissage à partager ?

Musicien à mes heures perdues, j’apprends beaucoup de chansons anglaises. Comme un autre blog le dit, les mots, même inconnus, sont définis par le sens des phrases. C’est très utile et surtout ludique !
De plus, régulièrement, je me force à penser en anglais. Si un mot me manque: hop! une petite traduction via une app. Ou je paraphrase. Je réagis à une situation (lecture du journal, dans la vie, …) et construis une discussion fictive comme si je devais exposer le problème à quelqu’un. Ça permet de prendre confiance en ses capacités et crée un vocabulaire de tous les jours.
Et enfin MosaLingua, évidemment ! 😉

De très bons conseils ! Au final, es-tu content de ton séjour ? Conseillerais-tu à d’autres personnes de faire la même chose ?

Extrêmement content !!! Non seulement c’est utile pour mon avenir, mais en plus ça permet de faire une coupure entre la fin des études et le début de la vie active.

C’est une opportunité et une chance qu’il faut saisir. Un trip bien préparé peut vous changer. Comme le dit une citation de votre app: « the world is a book, and those who do not travel read only one page » (St. Augustine). Voyager, partir à l’étranger pour apprendre une langue, est une expérience reconnue n’importe où et par n’importe qui.

Merci beaucoup d’avoir consacré un peu de temps pour ton témoignage, un dernier mot pour la fin ?
Encore merci pour cette app, elle est extrêmement bien faite et rend bien service !

Et si vous avez des questions pour Stanislas, n’hésitez pas à les poser avec les commentaires ci-dessous :

Vous avez aimé cet article ? Rejoignez gratuitement le club de MosaLingua

Plus de 100 000 personnes en profitent, pourquoi pas vous? C’est 100% gratuit :

Articles qui peuvent vous intéresser :

Speak Your Mind

*