Déconstruire une langue, ou comment optimiser l’apprentissage d’une langue

Dans notre méthode MOSA Learning ®, nous insistons sur le fait qu’il faut être efficace dans son apprentissage. Comme nous l’avons déjà précisé, il faut toujours se concentrer sur la règle de l’optimisation de Pareto, à savoir apprendre les 20 % d’une langue qui vous serviront dans 80 % des cas. C’est souvent contre-productif de commencer tout de suite par la grammaire et toutes ses exceptions, avant même d’être capable d’avoir une conversation basique.

Aussi, c’est surtout lorsque l’on débute que l’on peut avancer à pas de géant. Et pour cela, il existe une technique très intéressante que certains polyglottes émérites mettent en place quand ils abordent une nouvelle langue, on parle de « déconstruire une langue » Cette technique a mise au point par Tim Ferris, un blogueur américain passé maître dans l’art relever les défis les plus ardus pour ensuite les partager avec les internautes.

Elle permet d’analyser et de comprendre la structure d’une langue en quelques minutes ! Intriguant, non ? Nous allons donc expliquer en détail comme déconstruire une langue.

Déconstruire une langue, ou comment bien préparer l’apprentissage d’une langue

 

Déconstruire une langue : le principe

Quand on commence à apprendre une langue, on arrive en terrain inconnu, et ce n’est pas surprenant que l’on se retrouve en plein milieu de l’apprentissage face à un aspect de la langue qui présente des difficultés.

Il serait alors pratique de pouvoir découvrir ces difficultés au tout début afin de pouvoir les anticiper et adapter son apprentissage en fonction.

Après avoir observé comment les polyglottes apprenaient si rapidement une nouvelle langue, on s’est rendu compte qu’ils s’intéressaient très rapidement à certaines formules de base récurrentes dans toutes les langues qui leur permettaient de formuler leurs premières phrases en un temps record. Ce sont CES structures qui constituent les fameux 20 % d’une langue qui couvriront les 80% des besoins.

Encore mieux, on peut encore pousser la simplification de l’exercice et synthétiser toutes ces structures cruciales en seulement… 8 phrases !

Une fois que l’on a décortiqué ces phrases, on peut facilement comprendre :

  • La structure des phrases
  • Comment reproduire des concepts simples comme les pronoms, les possessifs, les adjectifs etc…
  • Repérer d’éventuelles difficultés d’une langue
  • Savoir orienter son apprentissage en fonction

Déconstruire une langue en pratique

Pour expliquer comment déconstruire une langue, prenons l’exemple de l’anglais et considérons donc ces 8 phrases ci-dessous :

  • The apple is red.
  • It is John’s apple.
  • I give John the apple.
  • We give him the apple.
  • He gives it to John.
  • She gives it to him.
  • I must give it to him.
  • I want to give it to her

Ne tenons pas compte du vocabulaire, il est ici, bien entendu, secondaire. Nous allons plutôt nous intéresser aux phrases dans leur structure.

Que peut-on voir dans un premier temps ? Avec un peu d’observation, beaucoup de choses :

  1. L’ordre des mots est similaire au français, à savoir que la structure suit l’ordre Sujet-Verbe-Complément
  2. Les nom commun n’ont pas de genre en anglais, car the se traduit par ‘le’ ou ‘la’
  3. Le lien de possession est par contre inversé par rapport au français et utilise la forme  » ‘s  » (John’s Apple <=> la pomme de John)
  4. On voit que la conjugaison des verbes au présent ne présente que peu de changement selon les personnes. Seule la troisième personne entraîne une modification du verbe.
  5. Les pronoms personnels varient selon le genre, et un troisième (« it ») existe pour les objets (à priori)
  6. Les pronoms personnels changent selon qu’il soit sujet ou complément du verbe (He -> Him)
  7. Les verbes modaux (vouloir, devoir, etc) se construisent différemment selon le cas, car la préposition ‘to’ n’est pas présente dans les deux cas ci-dessus
  8. Etc…

On peut bien entendu tirer d’autres conclusions, ceci n’est pas une liste exhaustive.

Une autre partie importante de cet exercice consiste à comparer ces phrases avec leur prononciation. Dans le cas de l’anglais, on se rend compte rapidement que la prononciation en anglais n’est pas intuitive :

  • Certains sons n’existent pas en français (le h aspiré de ‘his’, le « dj » de John)
  • Les lettres ne correspondent pas nécessairement au même son (le ‘o’ dans ‘to’ et ‘John’, par exemple)
  • Les syllabes ne corresponde pas nécessairement à l’arrangement des lettres (‘apple’ ne se prononce pas comme cela se prononcerait à la lecture)
  • Etc…

Voilà donc comment on peut non seulement apprendre rapidement les expressions grammaticales de base les plus utilisées dans la quasi-totalité des langues, et repérer les similitudes et difficultés d’une langue en très peu de temps. Essayez de faire le même exercice sur n’importe quelle autre langue en utilisant les même phrases traduites et essayez d’en tirer le maximum d’informations. Déconstruire une langue est simple, rapide mais très efficace !

 

Bien sûr, c’est à vous de faire vos propres découvertes, vous connaissez le principe. Certains trouveront un élément de syntaxe de la langue tout à fait compréhensible alors que d’autres le trouveront plus obscure et le noteront. Aussi, il ne faut pas être dérouté par les termes de grammaire employés ci-dessus. Vous pouvez décrire ce que vous observer avec vos propres mots. Avec cette technique, vous pourrez déconstruire une langue avant de commencer à l’apprendre et vous verrez que l’apprentissage se fera de manière bien plus sereine et rapide !

 

Déconstruire une langue

Vous êtes intrigué par cette technique ? Vous voulez essayer de l’appliquer à une autre langue ? N’hésitez pas à partager et discuter vos déconstructions dans les commentaires ! Vous pourrez également vous y exercer dans nos applications MosaLingua, où vous pourrez apprendre et mémoriser rapidement ces phrases-clefs et vous plonger dans l’apprentissage d’une langue de la meilleure des manières !

Vous avez aimé cet article ? Rejoignez gratuitement le club de MosaLingua

Plus de 100 000 personnes en profitent, pourquoi pas vous? C’est 100% gratuit :

Articles qui peuvent vous intéresser :

Speak Your Mind

*