Expérience en Australie: le témoignage de Serge, un utilisateur de MosaLingua

Comme cela faisait un petit moment que nous n’avions pas fait d’interview d’un amateur de langue étrangère, nous en profitons pour vous faire connaitre Serge, un utilisateur de Mosalingua parti vivre en Australie il y a longtemps, qui va nous raconter sa vie sous ces latitudes, ainsi que son expérience avec l’anglais australien.

 

Expérience en Australie: Interview de Serge, un utilisateur de MosaLingua

exprience-en-australie-le-tmoignage-de-serge-un-utilisateur-de-mosalingua-apps-pour-apprendre-rapidement-l039anglais-l039espagnol-l039italien-l039allemand-et-le-portugais-sur-iphone-ipad-android--mosalinguaBonjour Serge, merci beaucoup d’avoir accepté cette interview. Tu es donc un utilisateur de MosaLingua qui habite en Australie. Peux-tu me raconter un peu ton expérience en Australie, et pourquoi tu as décidé d’y vivre ?

Je suis venu en Australie car j’avais en tête qu’un pays aussi grand aurait besoin de beaucoup de routes et autres réseaux divers. Etant géomètre de formation, j’ai reçu un petit choc à l’arrivée, car à l’époque à Sydney (il y a 30 ans de cela), on aurait pu croire que 90% des géomètres faisaient de l’urbanisme… Ça ne m’intéressait pas trop d’essayer de mettre le plus de maisons possible sur un bout de terrain ! Donc, j’ai trouvé une boite d’ingénieurs-conseils qui eux, m’envoyaient faire des relevés topographiques dans le Red Centre et l’Outback (l’intérieur des terres) , et c’est à ce moment-là que je me suis rendu compte que l’anglais scolaire ne servait presque à rien ! Puis finalement, je suis venu vivre a Brisbane il y a 10 ans.

 

L’Australie est un pays qui fait rêver beaucoup de monde (moi le premier). Comment trouves-tu la vie là-bas par rapport à la France ? J’imagine qu’il doit y avoir beaucoup de différences…

En général la vie est plus relaxe, les gens sont nettement moins stressés.  Il faut dire qu’avec autant de journées ensoleillés dans l’année, cela doit beaucoup jouer sur l’humeur. En fait, Brisbane n’a vraiment que deux saisons. Ici, c’est l’été de début novembre à fin mai, il fait entre 26-30 degrés dans la journée. L’hiver par contre, ça fait mal ! Il y a 3 ou 4 jours fin août pendant lesquels, ça descend tout de même a 6 ou 7 degrés le matin. Dans la journée, ça monte à 16-20 degrés. C’est toujours amusant de voir les Queenslanders avec écharpes, bonnets, gants et pèlerines pour aller au boulot!

La vie en société est aussi très différente ! Par exemple en France, tu étais classé comme instable, si tu avais plus de 2 ou 3 employeurs.  Ici, ce n’est pas la même mentalité : j’ai passé plus de 20 ans à travailler ici en freelance, et c’est tout à fait normal. En règle générale, tout est beaucoup plus cher ici qu’en France, mais les salaires sont également plus élevés. De même pour les loyers, qui ne sont eux aussi pas donnés ! En revanche, les maisons sont énormes, la plupart ont des cuisines ouvertes à l’américaine, toutes les douches sont à l’italienne, les chambres souvent attenantes avec salle d’eau et dressing… Rien à voir !

Pour ceux qui aiment la solitude et les grand espaces, il y a des plages qui font 10, 20 voire 30 km de long – 80-mile beach fait environ 200 km, tu as la paix !  Il y a également des parcs et réserves naturelles pour faire de la marche, avec une faune et une flore bien distinctes de ce qu’on est habitué (Par exemple, mes arbres favoris sont les jacaranda, le bottle brush,  et le poinciana).

 

Vivre en Australie: l'expérience de Serge, un utilisateur de MosaLingua - Mosalingua

 

Je me souviens d’une virée pêche au Lake Maroon avec des copains à environ un heure à l’ouest de Brisbane. Pas de télé, pas de réception portable (mais les locaux se servent encore de la CB),  3 jours de bonheur ! Vous remarquerez vite qu’ici, les gens parlent en termes de temps, pas souvent en termes de distance. « C’est loin d’ici ? » On te répondra 15 min ou 2 heures ! Et c’est pour ça qu’en dehors des grands centres comme Brisbane, Melbourne ou Sydney, il faut quand même bien préparer son coup avec l’essence car il peut y avoir 100 ou 200 km avant le prochain village !

 

J’imagine que tu as des anecdotes sympas sur l’Australie et sur la langue…

Je trouve qu’un logiciel comme MosaLingua apporte beaucoup à l’apprentissage d’une langue comme l’anglais, surtout si votre langue maternelle est dérivée du latin. Je m’explique: il n’y a pas trop de surprises sur la prononciation des mots en français, à quelques exception près, et connaissant les bases,  on peut faire des progrès. En gros, si tu lis un mot, tu peux le prononcer.  Avec l’anglais, il est difficile de répéter un mot que tu a lu dans la presse ou dans un livre si tu ne l’as jamais entendu !
Dans un tout autre contexte, je me rappelle que j’étais arrivé à Sydney depuis une semaine et je pensais avoir dit à une fille en cours d’anglais qu’elle n’était pas très sensible. Bien des semaines plus tard, je compris pourquoi elle m’avait regardé bizarrement et m’évitait souvent ! Je lui avait dit « you are not very sensible ». Attention aux faux-amis :

Sensible = sensé

Sensitive = sensible

De la même manière, on dit en français “Ouais, terrible” pour dire que c’est chouette ou qu’on aime. Par contre, il ne faut surtout pas dire à une femme ici par exemple « your dress (or soufflé) is terrible! » en croyant lui faire un compliment. Encore un autre faux-ami:

terrible = affreux

terrific = génial

Et il y en a bien d’autres qui m’ont donné du fil à retordre :

Football = ben non, c’est une variation locale du rugby, alors que notre football sera « soccer »
Furniture = des meubles et non pas le matériel de bureau
Money = l’argent (pas le métal)
Change = la (petite) monnaie
Gas = gaz (mais en Amérique du Nord, c’est l’essence)
Petrol = essence en Australie

 

En effet, les faux-amis sont très déroutants au début de l’apprentissage…

Jeremy, mon fils né à Sydney qui parle français, en a lui aussi fait les frais. Quand il avait 17 ou 18 ans, il se trouvait à Lyon dans un groupe et personne n’avait de cigarettes. Il se met a dire à une de ces personnes qui demandait une clope, “tu crave pour une cigarette” (craving = mourir d’envie), l’autre a bondi sur-le-champs et lui répondu “c’est toi qui crève !” Ça s’est heureusement bien fini pour lui !

Une autre difficulté sont les mots anglais qui s’écrivent presque de la même manière mais qui se prononcent différemment :

  • ‘ss’ se dit comme chez nous dans le mot Mississippi, mais comme ‘z’ dans Missouri, alors que dans ‘possess’ ce sera un peu de l’un et de l’autre. Je ne vous dit pas pour ‘desert’ et ‘dessert’…
  • le ‘u’ sera différent dans bus, busy, bureau, burial.
  • Food se prononce différemment de Flood.
  • Board et Cupboard.
  • Please et Pleasant.
  • Should et Shoulder
  • Allez, un dernier favori : All, Ally and Sally!

Vivre en Australie: l'expérience de Serge, un utilisateur de MosaLingua - MosaLingua

Un outil comme Mosalingua t’aurait été utile à l’époque ?

Il est évident qu’avec un outil dans lequel des natifs de la langue te présentent des mots et que tu peux faire répéter à loisir et qui plus est, que tu peux emmener avec toi pour étudier partout, ne peut être que bénéfique.

Je sais qu’il y a des logiciels de traduction, mais on ne traduit jamais un texte littéralement. A mon avis, de l’eau coulera sous les ponts avant qu’on se débarrasse des interprètes ! M’étant servi d’un de ces trucs il y a 15 ans pour écrire un article sur un logiciel, je parlais d’une boucle dans le sens de quelque chose qui se répète. Le logiciel m’avait mis ‘buckle’ – boucle de ceinturon – au lieu de ‘loop’. Simpliste au possible…

Quelqu’un écrivant un article en anglais et qui le veut traduit en français aura l’aide de traducteurs . Quel mot choisira-t-il en tombant sur le mot ‘back’ ? S’agit-il du dos d’une personne, du revers de la main, du verso de page, de l’arrière de la voiture ?… Il est évident que ces logiciels ne couvriront jamais tout ! Pour moi, il est donc primordial d’apprendre la langue.

 

Il paraît que l’argot australien est particulièrement riche et varié. Y a-t-il un moyen de s’y retrouver ?

C’est simple : les australiens n’aiment pas trop dire des mots de plus de deux syllabes ! On peut retrouver entre autres :

G’day = Good Day

Brizzie = Brisbane

Brekkie = Breakfast

Sickie = Sick Day (se mettre en arrêt maladie pour une journée)

Barbie = non, c’est pas la poupée, mais un barbecue

Chrissy = Christmas (à ce propos, il faut savoir que certains australiens célèbrent Noël en juillet, car il y fait moins chaud…)

Et si ton nom est trop long, comme Dickinson, tout le monde t’appelleras ‘Dicko’, ‘E.T’. si tu t’appelles Ettingshausen, etc. On retrouve ces même abréviations dans des contextes encore plus surprenants ! A l’aéroport domestique par exemple, on peut entendre des annonces comme « les voyageurs pour Rockie sont priés de se présenter à la porte X« . Si on est un peu long a la détente, on se retrouve facilement dans le pétrin car on vient de rater l’avion pour… Rockhampton.

Vivre en Australie: l'expérience de Serge, un utilisateur de MosaLingua - Mosalingua

En effet, il vaut mieux bien le maîtriser, si l’on veut vivre un certain temps dans le pays….

C’est encore plus vrai quand il s’agit d’établir des liens avec les gens. Quand on faisait des relevés près d’un bourg, l’habitant venait très souvent pour savoir la raison de notre présence et nous disait aussitôt : “You want a cup of tea?”. Des gens tannés, burinés, brûlés par le soleil comme leurs terres, mais avec le cœur sur la main. Et ça ne manquait pas là-bas, même le plus petit coin perdu, où il n’avait pas plu depuis 2 ou 3 ans (mais où l’on voyait quand même une petite tâche verdoyante… Le terrain de golf !)

Complètement dans l’outback, perdu dans des propriétés de plus 100 hectares, le propriétaire descendait parfois de son hélicoptère pour venir « discuter le bout de gras » (« to chew the fat »). Ça brisait la monotonie de sa ronde. Une autre fois un hélicoptère survolait depuis un moment, puis s’est posé, et le passager est venu discutailler. Il faisait des relevés pour les statistiques. Il comptait ce jour-là les kangourous à l’intérieur d’un certain périmètre. Il faisait ça plusieurs fois sur tout le continent pour avoir une idée du nombre !

Donc, après une longue journée sous le soleil, tu retournes au troquet du village, et les locaux t’enseignent leur langue vernaculaire. Par exemple :

To wet the whistle = Arroser le gosier

Drongo = Quelqu’un de pas très futé

Mozzie = Moustique

Servo = La station service

Hard yakka = Travail dur/pénible

Budgie smuggler = Slip d’homme – Si vous traduisez, vous verrez qu’il y a de l’humour.

Vivre en Australie: l'expérience de Serge, un utilisateur de MosaLingua - Mosalingua

Après toute ces années passées à vivre en Australie, quel regard porte-tu sur l’apprentissage des langues en général ? Est-ce que ton expérience en Australie t’as beaucoup changé en tant que personne ?

Avec du recul (et parlant de la langue anglaise), partir vivre mon expérience en Australie était la meilleure chose à faire – on ne peut pas vraiment éviter l’anglais sur l’internet de nos jours ! Oui, j’ai appris beaucoup de choses sur moi-même. Après tout, redémarrer dans un autre pays en utilisant une langue autre que sa langue maternelle, ça te fait sortir de ta zone de confort… Enfin, l’atout de parler une autre langue permet en outre de mieux comprendre la sienne.

 

Et pour finir, quels conseils donnerais-tu à nos utilisateurs qui souhaitent aller en Australie et y apprendre l’anglais ?

L’immersion est vraiment une méthode efficace! Mais attention, l’Australie a grandi éloignée du Royaume-Uni ou des USA, et il y a un certain pourcentage de mots qui diffèrent. Il ne faudra surtout pas être surpris si plus tard a Londres ou à New York, les locaux seront tout étonnés de voir un français s’exprimer comme un australien !

 

Ça va être difficile maintenant de ne pas se laisser tenter par une expérience en Australie…  Merci encore Serge pour nous avoir accorder un peu de ton temps et de nous avoir fait rêver un peu !

 

 

Pour aller plus loin : apprenez le slang australien avec MosaLingua

mosa_lingua_ENGLISH_512La vie de Serge vous a inspiré ? Vous aussi êtes tenté par une expérience en Australie ? Vous pouvez commencer dès maintenant à apprendre à vous exprimer et parler anglais comme un vrai « Aussie », en téléchargeant le pack « Master Slang » dans l’application Mosalingua.

En plus de l’argot utilisé aux US et Royaume-Uni, il contient les mots et phrases de slang australien à ajouter dans votre application qui vous permettront de vous fondre dans la masse lors de votre expérience en Australie et tout comprendre quand vous serez au contact des australiens !

Vous pourrez télécharger ce pack dans votre application MosaLingua.

Vous avez aimé cet article ? Rejoignez gratuitement le club de MosaLingua

Plus de 100 000 personnes en profitent, pourquoi pas vous? C’est 100% gratuit :

Articles qui peuvent vous intéresser :

Speak Your Mind

*