Prononciation de l’anglais : pourquoi les Français sont incompris ?

Avant d’aller plus loin, et avant de répondre à cette question qui fait débat, nous avons créé un guide complet et gratuit pour vous aider à améliorer votre prononciation anglaise, n’hésitez pas à en prendre connaissance. Nous avons même développé une masterclass Mosa Speak English pour que vous puissiez apprendre à parler anglais avec assurance.

La prononciation anglaise, facile ?

La difficulté de l’anglais est assurément la prononciation. Regardez plutôt :

  1. en espagnol, il y a environ 35 sons différents et 38 manières de les écrire.
  2. en français, il y a 32 sons et plus de 250 manières de les écrire.
  3. en anglais, il y a plus de 44 sons et plus de 1100 manières de les écrire

Comme vous le voyez, en anglais, avec plus de 1100 manières d’écrire 44 sons, il est impossible de se fier à l’orthographe pour deviner la prononciation. Et un même groupe de lettres peut se prononcer totalement différemment en fonction du mot. Cela signifie qu’il ne faut absolument pas essayer de deviner la prononciation d’un mot anglais que l’on voit à l’écrit, et qu’il faut apprendre par coeur la prononciation de chaque mot.

Les sons anglais qui n’existent pas en français

L’anglais possède 17 sons qui n’existent pas en français. Ces sons sont difficiles à prononcer pour nous, car très souvent, notre appareil vocal n’est pas habitué à les produire.

Mais ce n’est pas tout. Notre oreille n’est pas non plus habituée à entendre ces sons et à les différencier. Notre cerveau a tendance à les assimiler au son le plus proche au français. C’est pour cela que, même en écoutant des enregistrements faits par des natifs, on a souvent tendance à répéter le mot de façon erronée sans s’en rendre compte. Pourtant, lorsque l’on nait, notre cerveau distingue tous les sons, c’est seulement au fur et à mesure de l’apprentissage de notre langue natale que notre cerveau élimine les sons qui ne servent pas à la prononciation.

Pour vous donner un exemple, certaines personnes de l’équipe de MosaLingua enseignent le français à des hispanophones. Et bien les hispanophones ont de grosses difficultés pour entendre la différence entre le v de voiture et le b de bateau, et encore plus difficile pour eux, les différentes nasales comme le an, in, un. Pour nous, cela paraît incroyable, car nous sommes habitués dès la naissance à les distinguer. Donc dites-vous que nous sommes dans la même situation par rapport à l’anglais.

Dans la dernière mise à jour gratuite de l’application MosaLingua, nous avons ajouté des fiches pour vous aider à améliorer la prononciation en anglais. Car, même s’il est parfois dur de perdre des mauvaises habitudes de prononciation, à force de répétition, cela finit par rentrer (merci le SRS de MosaLingua !). Et je vous conseille une excellente méthode spécialement dédiée aux francophones, pour améliorer sa prononciation et son accent :

Réussir à l’oral en anglais

 

Si vous êtes intéressé pour améliorer votre prononciation, je vous conseille de lire nos autres articles à ce sujet

Et vous, vous pensez que la prononciation de l’anglais est difficile ? N’hésitez pas à écrire des commentaires en bas de l’article.

Vous avez aimé cet article ? Rejoignez gratuitement le club de MosaLingua

Plus de 100 000 personnes en profitent, pourquoi pas vous? C’est 100% gratuit :

Articles qui peuvent vous intéresser :

Comments

  1. TRES BONNE INITIATIVE DE METTRE UNE MISE A JOUR POUR LA PRONONCIATION DE anglais. Je suis eron Australie
    et pour demander des WRAPS chez l'épicier meme a vec le langage des mains c'etait un fiasco. C'est une cliente qui a compris et qui a corrigé la prononciation du mot !!!

  2. Excellent article, j’ai du boulot dans ce domaine d’ailleurs ! 😉

    Tu dis qu’il est important de prendre conscience de tous les sons en anglais qui n’existent pas en français, je suis bien d’accord, as-tu une ressource qui les liste et permet de les écouter ?

    Pourquoi d’ailleurs ne pas proposer ces sons dans une page à part d’une prochaine version de Mosalingua ? 🙂

    • Salut Olivier !

      Oui, il y a Fabien Snauwaert qui a écrit une excellente méthode pour améliorer son accent, le lien est en bas de cet article 😉

      Et tes désirs sont des ordres, car dans la mise à jour de l’application MosaLingua qui vient de sortir, il y a des fiches spéciales pour ces sons anglais !

  3. Article très intéressant! Mais attention, ne généralise pas le cas spécifique de la France à toute la francophonie. À ce que j’en sait, ce sont les Français et non les francophones qui ont une prononciation anglaise difficile à comprendre, rien a voir avec un accent Sénégalais ou Québécois.

    • Oui, tu as raison, j’ai essayé de ne pas généraliser sur tous les francophones, c’est pour cela que je parle des Français dans le titre.

  4. Merci pour cet article Samuel.
    J’avais déjà entendu parler de ces sons et tonalités différents selon les langues et je me demandais : est ce qu’un accent particulier de la langue anglaise serait plus approprié pour les français ? Il y a tellement d’accents différents dans cette langue , allez comparer celui rocailleux d’un écossais à celui nasillard d’un américain du sud ! pas vraiment la même chose ! Est ce qu’il y en aurait donc un plus qu’un autre qui serait plus facile à comprendre et/ou à prononcer selon sa propre langue natale ? Je parle bien selon cette histoire de sons et tonalités différents selon les langues et non pas d’habitudes qu’on aurait pris comme regarder des séries américaines ou adorer sa prof qui a un accent anglais très chic…C’était juste une petite question qui me taraude …;)

    • Merci pour cette question Estel 🙂
      Si vous n’avez pas de préférence particulière, l’accent le plus commun (et donc le mieux compris) est l’accent du « General American » : https://en.wikipedia.org/wiki/General_American
      (l’accent utilisé dans MosaLingua)
      Je pense que c’est aussi le plus facile à apprendre, car il y a énormément de ressources disponibles (films, séries, audiobook…)

  5. Bonjour,

    Il est vrai que les sons anglais sont une horreur pour les français. J’en ai fait les frais et j’ai failli arrêter l’anglais à cause de cela car je ne comprenais pas certains sons. Pourtant, j’avais beaucoup de vocabulaire et j’étais capable de lire n’importe quoi sans aucun problème.

    J’ai donc essayer la méthode « Tomatis » pour débloquer mon oreille (3 sessions de 12 à 15 jours avec 2 heures par jour).
    J’ai repris également des cours d’anglais basés sur la phonétique. J’ai travaillé tous les jours pendant 3 mois avec une méthode syllabique (pour enfant) pour apprendre tous les nouveaux sons anglais.
    Il a fallu 6 mois pour que cela se débloque mais maintenant j’entends exactement les sons comme un anglais et je les prononce parfaitement (lorsque je les répète). Mon accent français a presque complètement disparu.
    J’entend beaucoup mieux le Russe également même si je ne l’ai jamais étudié.

    Le logiciel Mosalingua m’a aussi débloqué la parole car j’ai appris un grand nombre de cartes (environ 5 000 pour le moment en 9 mois). Avec toutes ces phrases apprises par cœur, il est beaucoup plus facile de s’exprimer.

    C’est surprenant maintenant que mon oreille s’est ouverte, je comprend tous les accents et je me rend compte des erreurs de prononciation des français. Lorsque je les entend, je comprend qu’ils ne doivent pas entendre correctement certains sons anglais.

    Au début, je comprenais très facilement les français lorsqu’ils parlaient anglais car il parlait comme moi. Maintenant, cela me perturbe un peu le fait que leur prononciation soit erronée.

    Bref, je me suis sorti….. et je suis à votre disposition si vous voulez des renseignements sur Tomatis.
    Attention, c’est seulement un travail sur la phonétique mais pour moi, cela a été une révélation.
    Je n’ai pas d’action chez eux mais c’est un outil qui peut être utilisé dans le cadre du CPF (gratuit pour le salarié).

    Mosalingua est génial.

    Bravo Samuel.

    A+

    Olivier

    • Merci beaucoup Olivier pour ton témoignage. Bravo à toi. C’est vrai que c’est très agréable de bien parler anglais avec un bon accent. Cela ouvre de nombreuses portes..
      Pour info: on connait bien la méthode Tomatis, mais on est justement en train de travailler depuis un moment sur une nouvelle méthode innovante pour améliorer la compréhension orale et la prononciation de façon très rapide (entre 1 et 3 mois). Spécialement conçus pour les francophones qui ont du mal en anglais à l’oral, les premiers résultats sont prometteurs. Mais comme on veut faire les choses bien, et que les experts ont un emploi du temps chargé, cela prend du temps…
      Mais bien sûr, on enverra un email aux abonnés de la newsletter lorsque cela sera prêt

  6. Bonjour,

    même s’il y a beaucoup d’exceptions à retenir, il n’est pas exact que l’on doive retenir toutes les prononciations par coeur. Il y a des règles de phonétique qui permettent de situer l’accent tonique. Quand on sait où est placé l’accent, on peut déduire le son de certaines voyelles. Certaines successions de lettres (a ou i + consonne + voyelle par exemple donne une prononciation tendue que l’on n’a pas s’il n’y a pas de voyelle à la fin par exemple). D’autres règles de base : k devant n est muet, mot terminé par mb, le b est muet etc. etc. Ce n’est pas magique mais ça « défriche » bien le terrain quand même 😉

    • Super ! Merci beaucoup pour tous ces précieux conseils Margot 😉

Speak Your Mind

*